Le premier site d'informations dédié à l’arrêt du tabac

Tabagisme, cigarette électronique, e liquide
Malgré l’interdiction, les géants du tabac sont toujours présents sur les réseaux sociaux

Malgré l’interdiction, les géants du tabac sont toujours présents sur les réseaux sociaux

Malgré l’interdiction, les géants du tabac sont toujours présents sur les réseaux sociaux avec une cible de plus en plus jeune.

Les géants du tabac aiment garder une longueur d’avance et ce malgré les nombreuses moins à leur encontre. Leur principal problème est qu’un de leurs consommateurs de longue date sur deux meurt de maladies liées au tabac. Pour que la nouvelle génération devienne dépendante, doivent essayer toutes les astuces de publicité et de marketing.

Stratégie marketing de l’industrie du tabac

Et elle doit être innovante. Comme l’a fait remarquer un ancien consultant en marketing : « Le problème, c’est comment vendre la mort ? » Il a ajouté que l’industrie le faisait avec de grands espaces ouverts, tels que des montagnes et des lacs. Ils l’ont fait avec des jeunes en bonne santé et des images emblématiques. L’homme Marlboro est donc devenu un symbole de masculinité et, pour les femmes, l’industrie a promu le tabagisme comme un « flambeau de la liberté ».

Pendant des années, l’industrie a combattu les régulateurs qui, lentement et tardivement, ont restreint les lieux et les moyens de publicité. Puis est arrivé l’internet, qui était un rêve devenu réalité pour un commercialisateur de tabac. L’industrie pouvait se livrer à des vagues marketing dans un paradis non réglementé.

Les anciennes règles ne s’appliquaient plus, et Big Tobacco a commencé à utiliser les plateformes internet, dont Facebook et Instagram, pour contourner les interdictions de publicité. Ils ont commencé à payer des influenceurs sur les réseaux sociaux pour promouvoir les produits du tabac traditionnels. Et ils y sont parvenus avec beaucoup de succès.

En août 2018, le New York Times a enquêté sur l’influence des réseaux sociaux de Big Tobacco. Le journal a trouvé 123 hashtags associés aux produits du tabac des entreprises, qui avaient été vus 25 milliards de fois, un chiffre stupéfiant.

Lutte contre le tabac sur les réseaux sociaux

La pression exercée sur l’industrie des réseaux sociaux s’est accrue en mai 2019 lorsque 125 organisations de santé publique ont demandé à Facebook, Instagram, Twitter et Snapchat de mettre immédiatement fin à la promotion des cigarettes et des e-cigarettes. Il s’agissait notamment d’interdire l’utilisation d’influenceurs sur les réseaux sociaux. Les leaders des réseaux sociaux ont ignoré cette demande.

En décembre 2019, dans une décision historique, l’Autorité britannique des normes publicitaires a condamné British American Tobacco et trois autres entreprises pour avoir fait la promotion de leurs produits sur Instagram, après une plainte déposée par plusieurs associations de lutte contre les produits du tabac.

Dans une déclaration, Facebook et Instagram ont annoncé ce que beaucoup considèrent comme une mise à jour de leur politique sur le tabac, attendue depuis longtemps. Ils ont déclaré que les contenus de marque qui font la promotion de produits tels que les produits de Vape, les produits du tabac et les armes « ne seront pas autorisés ». La déclaration affirmait avec audace que leurs politiques publicitaires « interdisaient » depuis longtemps la publicité pour ces produits. Les plateformes ont promis que l’application de la loi commencerait dans les semaines à venir.

Les gros titres vantant la nouvelle politique ont clairement indiqué que les plates-formes interdiraient aux influenceurs de promouvoir les cigarettes électroniques et les produits du tabac. Mais ils ont omis trois points cruciaux. Premièrement, les politiques de Facebook sont conçues pour les entreprises qui respectent les règles, et non pour les compagnies de tabac dont le but est de trouver des moyens de les contourner ou de les bafouer.

Deuxièmement, ceux qui suivent les activités de l’industrie en ligne disent qu’il est notoirement difficile de comprendre quels messages entrent dans la catégorie « contenu de marque » de Facebook.

Enfin, de sérieux doutes subsistent quant à la manière dont ces mesures seront appliquées. La réalité est que le tabac a besoin d’Instagram pour survivre et ne peut pas se permettre d’être exclu. Une société d’étude de marché, a récemment constaté que 96 % de toutes les marques utilisent des influenceurs, Instagram étant la plateforme la plus populaire. L’étude a constaté que l’activité marketing mondiale des influenceurs Instagram a augmenté de 54 % en 2020.

Le CBD est-il dangereux ?

Le CBD est-il dangereux ?

Le CBD ou cannabidiol est une molécule que l’on trouve dans la plante de cannabis. Elle est donc une de ses composantes au même titre que la plus connue d’entre elles qui est le THC. Mais contrairement au chanvre « naturel », il est modifié génétiquement afin de répondre à certaines exigences. Sujet de débat dans la société actuelle, pour mettre fin à la polémique, voyons quels pourraient être les dangers de ce produit pour l’organisme.

Les origines du CBD :

Comme dit précédemment, le CBD est tout d’abord présent dans le cannabis. Avec le Tétrahydrocannabinol (THC), il compose essentiellement la plante aux sept feuilles avec environ une centaine d’autres composants. Il est présent en très petite quantité et afin d’exploiter ses vertus notamment thérapeutiques, les chercheurs ont effectué quelques petites opérations sur le chanvre. Pour l’extraire, les scientifiques ont dû la modifier génétiquement afin d’enlever la teneur en THC. Il faut en effet enlever les 0,2 % de THC qu’elle contient par divers procédés dont la greffe. Les substances « nocives » du chanvre ont été extraites jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de risques liés au niveau de l’altération de la perception.

Le CBD et ses vertus :

Lorsqu’on parle de cannabis, les opinions divergent. Certains l’adulent et vantent ses effets miracles, d’autres le détestent, car ils estiment que c’est une drogue. Cependant, en ce qui concerne le cannabidiol, les études ont montré que la molécule était sans risque pour la santé.

En effet, ce n’est pas un psychotrope. Cela signifie qu’il n’a pas d’effet psychoactif. En d’autres termes, le CBD n’altère pas la perception des choses contrairement au THC. Cela est dû à sa modification génétique. Les chercheurs ont en effet fait en sorte d’enlever au maximum les particules responsables de cette altération du cerveau.

Loin d’être une drogue, le cannabidiol est un médicament. Il sert tout d’abord de remède contre l’épilepsie. De nombreuses recherches ont fait état de résultats spectaculaires des patients qui consomment le CBD à titre thérapeutique. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle ses vertus soignantes ont été mis en lumière.

De par l’absence d’effet psychoactif, le CBD est aussi sans danger pour le cerveau. Mieux, ses propriétés antipsychotiques en font même un atout pour calmer la paranoïa chez certaines personnes atteintes de ce trouble. Le CBD est donc un calmant pour les plus anxieux. Il peut aussi soigner la dépression. De plus, ses effets anti émétiques lui permettent d’agir contre les vomissements ainsi que les nausées.

Ces vertus font qu’actuellement, de plus en plus de consommateurs se ruent vers le produit. Le CBD est consommé de diverses façons, en passant de l’huile, de la nourriture, du vapoteur. De par sa côte qui ne cesse de grimper auprès de l’opinion publique, des boutiques spécialisées ont vu le jour récemment qui se spécialisent dans sa commercialisation.

Le CBD, vraiment aucun danger ? 

Comme tout médicament, le risque principal du CBD se trouve dans son utilisation abusive.

Sur ce point en effet, son usage disproportionné causerait à la longue des effets psychoactifs pour le cerveau. Fumer près de 5 joints de CBD en moins d’une heure équivaudrait à un joint de cannabis normal.

De plus, elle peut provoquer des somnolences, ce qui peut être préjudiciable dans le cas où le consommateur est au volant après en avoir consommé. Il est également déconseillé pour les personnes fragiles telles que les femmes enceintes ainsi que pour les mineurs.

Enfin, certains antiépileptiques ont des effets notamment les nausées ou un danger pour le foie que le CBD pourrait accentuer. Le conditionnel est en effet de rigueur puisque ces études ne sont pas véritablement unanimes et que certains lobbies n’ont pas du tout intérêt à ce qu’une plante puisse avoir autant de vertus pour l’homme.

Je veux être un vapoteur et non plus un fumeur

Je veux être un vapoteur et non plus un fumeur

Il n’est pas difficile de prendre la décision d’arrêter de fumer pour devenir vapoteur, mais cela n’est pas si simple non plus. Fumer une cigarette est finalement bien différent que de vapoter. La façon d’inhaler, la ‘hit’ de gorge, même la consistance de la fumée est différente et peut vous surprendre voire vous faire renoncer. Dites-vous juste qu’il n’y a absolument aucune pression, et plus que cela, aucune crainte à avoir.

Vous vous embarquez dans un voyage vers un horizon ‘sans tabac’. Cela vous prendra un jour, ou cela vous prendra plus longtemps, mais vous pouvez y arriver complètement. Laissez-vous guider pour aller jusqu’au bout vers un sevrage tabagique total et réussi.

Même si les obstacles vous paraissent insurmontables, dites-vous que l’expérience de millions de personnes nous montre que c’est possible et n’oubliez pas que la vape est à ce jour la meilleure façon que les fumeurs ont trouvé pour arrêter de fumer durablement et efficacement.

 

LE PASSAGE DE LA CIGARETTE À LA VAPEUR

Arrêter de fumer prend du temps, alors que se passe-t-il lorsque vous arrêtez de fumer et que vous commencez à vapoter ?

Avant de choisir votre cigarette électronique, il y a quelques points que tout nouveau vapoteur doit connaître :

  1. Il existe une e-cigarette idéale pour presque tout le monde. Mais ce n’est peut-être pas la première que vous essaierez ou celle que vous pensiez vouloir avant de l’essayer. Tous les fumeurs n’utilisent pas la même marque de cigarettes, et cette analogie s’applique également aux e-cigs. Toutes les e-cigs ne sont pas adaptées à toutes les vapoteurs, donc si vous avez déjà essayé la vape et que ça n’a pas marché, n’abandonnez pas. Encore une fois, vous êtes sur le bon chemin pour arrêter de fumer, prenez-donc le temps de trouver les cigarette électronique qui convient à vos attentes et à vos habitudes d’ancien fumeur de tabac.
  2. Vous tousserez probablement au début. C’est normal. La sensation de vaporisation est différente de celle de la cigarette. La plupart des fumeurs toussent la première fois qu’ils essaient de fumer, c’est la plupart du temps parce qu’ils ont inhalé comme un fumeur, et non comme un vapoteur (ce que nous verrons plus en détail plus tard). Les nuages de vapeur sont également plus « épais » que la fumée habituelle lorsque vous inhalez, ce qui peut provoquer une toux due au changement de sensation. Il existe des moyens de combattre la toux grâce au choix de liquides électroniques, comme le sel de nicotine.
  3. Vous pourriez avoir la bouche sèche. Non seulement la bouche, mais aussi le nez et la gorge. C’est également normal. Le e-liquide contient quatre ingrédients principaux (trois si votre e-liquide est exempt de nicotine). Certains de ces ingrédients sont hygroscopiques, cela signifie essentiellement qu’ils attirent l’eau vers eux, loin de vous ! Plus vous vous familiarisez avec la vape, moins cette sensation de sécheresse buccale se fera sentir. Vous prendrez vite l’habitude de boire un verre d’eau supplémentaire de temps en temps lorsque vous commencerez à vapoter.
  4. Il peut y avoir des faux départs. Il n’est pas facile de changer une habitude prise depuis des années. Certaines personnes prendront une e-cig et ne toucheront plus jamais à une cigarette, d’autres la réduiront lentement avec le temps. L’idée est que si vous prenez une cigarette le matin ou à dix heures du matin, ne vous en voulez pas. Si vous avez envie d’une cigarette, c’est peut-être qu’il faut ajuster quelque chose, le taux de nicotine contenu dans votre e-liquide par exemple.
  5. Inhalez comme un vapoteur, pas comme un fumeur. La première erreur que les gens font généralement est d’essayer d’aspirer la fumée comme un fumeur. Cette erreur est une des causes de la toux des débutants vapoteurs. Lorsqu’un fumeur tire plus fort sur sa cigarette, il obtient plus de fumée, eh bien cela ne fonctionne pas ainsi lorsque vous vapotez. Il n’y a rien qui soit déjà allumé et qui brûle, donc votre e-cig a besoin de temps pour produire de la vapeur. Vous devez inhaler des bouffées plus longues, lentes et régulières, cela fera toute la différence.
  6. Il se peut qu’au début vapoter vous frustre. Les fumeurs ressentent que leur nicotine s’évapore presque instantanément, le fameux hit de gorge ressenti à la première aspiration. Les cigarettes ont été modifiées pendant de nombreuses années pour que cela se produise. La nicotine que vous inhalez à travers une cigarette «électronique prend un peu plus de temps à vous parvenir, mais à l’inverse, la sensation de satisfaction dure plus longtemps. Si vous avez déjà eu une envie de fumer et que vous ressentez encore cette envie familière, attendez quelques minutes. Il est probable qu’au départ vous soyez frustré, mais vous serez surpris de la rapidité avec laquelle vous vous adapterez à cette différence.
  7. Vous pouvez beaucoup vapoter. Contrairement à une cigarette classique, vous pouvez garder votre e-cig avec vous tout le temps, en prenant volontiers une inhalation chaque fois que vous sentez que vous en avez besoin. Peut-on trop vanter ? Oui, vous pouvez, tout comme vous pouvez fumer une cigarette de trop, surtout si vous avez un taux de nicotine élevé. Quels sont les effets secondaires d’une trop grande quantité de nicotine ? Si cela se produit, vous pouvez ressentir de légers effets secondaires similaires à ceux du tabagisme, et qui passent tout aussi vite : généralement un mal de tête, une légère nausée ou des vertiges. Arrêtez de fumer et attendez que ces effets disparaissent. Si cela se produit à chaque fois que vous vous vapotez, il y a de fortes chances que votre taux de nicotine soit trop élevé. Ce point est traité plus en détail plus loin.

 

COMMENT CHOISIR MA PREMIÈRE CIGARETTE ELECTRONIQUE ?

Vous l’avez compris, fumer et vapoter sont deux choses bien différentes.

Lorsque vous démarrez dans la vape, vous vous dites qu’il est facile d’allumer et de fumer une cigarette. Vous avez lu de nombreux articles et vous savez maintenant que les cigarettes électroniques nécessitent un certain entretien, par exemple pour charger la batterie, changer les pièces lorsqu’elles doivent être remplacées et faire le plein de e-liquide lorsque vous êtes à court. C’est pourquoi il est important de choisir l’appareil qui convient le mieux à vos besoins. Par exemple, les cigarettes électroniques à dosette préremplie sont extrêmement faciles à utiliser et ne nécessitent pratiquement aucun entretien. Même en sachant cela, il est facile de se remettre dans l’esprit « Il serait plus facile d’arrêter la vape et de se procurer un paquet de clopes ».

Pour cette raison, vous devez choisir une e-cig que vous pouvez entretenir facilement, un e-liquide dont vous aimez le goût et vous assurer que vous aimez vraiment la vape. Quel est donc le meilleur kit de démarrage pour la e-cigarette ?

Comme mentionné précédemment, il n’existe pas de cigarette électronique parfaite pour tout le monde. Chaque vapoteur cherche quelque chose de différent de son expérience de vape. Certaines personnes se sentent plus satisfaites lorsqu’elles exhalent un nuage de vapeur, d’autres se soucient davantage d’apprécier un bon goût, d’autres encore veulent que leur expérience soit aussi proche que possible de la cigarette. Si vous continuez à vous poser des questions, il vous suffira peut-être de changer de e-liquide, d’essayer une autre tête d’atomiseur ou de modifier la façon dont vous inhalez.

De nombreux kits de démarrage existent, chacun ayant des caractéristiques différentes qui répondent aux besoins de chaque vapoteur. Ils sont tous livrés avec tout ce dont vous avez besoin pour commencer à vapoter, et de nombreux vapoteurs estiment qu’ils n’ont jamais besoin de « progresser » depuis leur première e-cig.

 

QU’EST-CE QU’UNE E-CIGARETTE ?

Une chose que vous remarquerez rapidement, c’est le nombre incroyable de cigarettes électroniques proposées sur le marché. Un véritable casse-tête pour beaucoup et si vous vous dites que c’est trop pour vous, c’est que vous avez probablement besoin d’une e-cigarette à dosette préremplie.

Chaque type de cigarette électronique a ses propres avantages et inconvénients. N’oubliez pas qu’il n’y a pas de style unique qui convienne à tous lorsqu’il s’agit de vape. Elles sont généralement divisées en deux catégories, les e-cigs à dosette appelées Pods, et les e-cigs rechargeables.

Pod e-cigs

Les Pods sont des cigarettes électroniques qui ont une dosette ou une cartouche, et non un réservoir. Ils ont généralement la forme d’un stylo et ne sont composés que de deux parties : une batterie rechargeable et une capsule ou cartouche qui s’encliquette dans la batterie. Destinées aux nouveaux fumeurs ou à ceux qui cherchent à passer à la vape, elles sont conçues pour être simples à utiliser et exceptionnellement faciles à entretenir. Certaines dosettes ont des boutons, mais la plupart sont automatiques, ce qui signifie qu’il suffit de tirer dessus comme sur une cigarette pour créer la vapeur. La plupart d’entre elles sont compactes, discrètes et conçues pour imiter la sensation de fumer.

Les dosettes préremplies

Les dosettes préremplies sont fournies pleines de liquide électronique, ce qui en fait les dispositifs les plus simples à utiliser. Tout ce qui est consommable ou doit être remplacé est inclus dans la dosette, et lorsqu’elle est vide, il suffit de la jeter et d’en insérer une nouvelle.

Dosettes rechargeables

Les dosettes rechargeables sont fournies vides, vous pouvez donc les remplir avec le liquide électronique de votre choix. Elles peuvent être remplies une dizaine de fois puis deviennent moins efficaces à produire une quantité de vapeur acceptable. Elles sont donc moins simples à utiliser que les dosettes préremplies, mais en contrepartie, elles reviennent un peu moins cher.

Cigarettes électroniques rechargeables

Les pods rechargeables sont probablement ceux que vous avez l’habitude de voir. Ils sont composés d’une batterie, d’un réservoir qui est rempli de e-liquide et d’une tête de pulvérisation. Ils se présentent sous différentes formes et tailles, allant d’un petit stylet cylindrique à une grande forme de boîte. La plupart de ces e-cigs ont un bouton sur lequel on peut appuyer pour les mettre en marche et beaucoup ont des réglages qui peuvent être ajustés. Ils sont ensuite remplis avec le taux de nicotine et la saveur de e-liquide que vous choisissez. Ces e-cigs ne sont pas uniquement destinés aux nouveaux vapoteurs, bien que certains soient conçus pour eux et sont généralement appelés kits de démarrage.

Avantages des Pods

  • Imite le plus fidèlement la sensation de fumer,
  • Extrêmement facile à utiliser et à entretenir,
  • Compact et discret.

Avantages des cigarettes électroniques rechargeables

  • C’est la solution la plus rentable pour assurer une protection à long terme,
  • Plus grand choix de style et de paramètres.

 

COMMENT SAVOIR QUEL E-LIQUIDE CHOISIR ?

Il y a deux choix à faire, celui de la teneur en nicotine et celui du goût.

La teneur en nicotine peut être déterminée par le nombre de cigarettes que vous fumiez par jour.

0 cigarette, mais la vape vous tente, choisissez un e-liquide sans nicotine

1 – 5 par jour 0,6 % (6 mg/ml)

5 – 15 par jour 1,0% (10mg/ml)

15 – 20 par jour 1,4% (14mg/ml)

20+ par jour 1,8% (18mg/ml)

En fait, moins vous fumez de cigarettes, moins vous aurez besoin de nicotine. Le guide ci-dessus est un très bon point de départ et vous devez vous y référer lorsque vous choisissez votre premier e-liquide.

Si vous êtes en train de fumer et que vous ressentez toujours le besoin de fumer, vous devrez peut-être augmenter le taux de nicotine que vous utilisez. Si vous avez l’impression d’avoir trop de nicotine, réduisez simplement le taux de nicotine, ou diminuez votre consommation de vape. Il est important de se rappeler que ce sont le goudron et le monoxyde de carbone des cigarettes qui sont mortels, et non la nicotine.

Le choix d’un arôme e-liquide est l’un des aspects les plus agréables de la vape, car il y a une multitude de choix. Le goût du e-liquide est si subjectif qu’il est difficile de recommander le goût idéal, faites-vous plaisir.

La plupart des nouveaux vapoteurs commencent par un arôme de tabac ou de menthol, car ces gouts leur sont familier et facilitent le passage de la cigarette classique à la e-cig. Une fois habitués à leur nouveau matériel, ils prennent plaisir à expérimenter les différents arômes disponibles.

Une bonne règle à suivre lorsque vous débutez est de le faire lentement. Prenez le temps de vous adapter au e-liquide que vous avez choisi. N’achetez pas 30 bouteilles d’une même force et d’un même parfum avant d’être sûr de pouvoir l’apprécier dans la durée.

 

ÉVITER LES DÉCLENCHEURS DU TABAGISME

Pourquoi voulez-vous devenir un vapoteur et non plus un fumeur ?

Est-ce pour des raisons de santé, de finances, de lassitude de rester debout sous la pluie pour en griller une, de ne plus pouvoir sentir le cendrier froid? Notez toutes les raisons pour lesquelles vous voulez vous sevrer du tabac, et si jamais vous avez envie d’une cigarette, regardez cette liste.

Il peut être utile d’identifier les facteurs qui déclenchent cette envie. Est-ce au moment où vous vous réveillez et prenez votre premier café ? Après avoir mangé ? Lorsque vous conduisez ? Une fois que vous avez identifié les moments où vous êtes le plus susceptible de vouloir fumer, vous pouvez commencer à prévenir les envies de fumer avant qu’elles ne se manifestent.

Assurez-vous que vous ne serez pas à court de e-liquide, que votre batterie est chargée et que vous avez votre cigarette électronique avec vous. Si vous avez envie de fumer, prenez simplement votre e-cig au lieu d’allumer une cigarette.

Notre conseil en matière de sevrage tabagique est d’arrêter totalement la cigarette classique. « Pas une bouffée » doit devenir votre mantra. La vape reste à ce jour le meilleur moyen pour arrêter de fumer.

Comment pouvez-vous éviter ces « déclencheurs » ?

Les e-cigs couvrent une plus grande partie de ces déclencheurs. Elles aident les gens à éviter les envies de fumer car elles s’attaquent à un grand nombre d’habitudes, de comportements et de sensations des fumeurs :

Action mains-bouche

La gestuelle est la même que celle du tabac. Vous portez quelque chose à vos lèvres et vous inhalez. Ce mouvement est une habitude qui peut être difficile à perdre et les anciens fumeurs peuvent avoir du mal à garder leurs mains occupées.

La sensation d’inhalation

Les fumeurs inhalent la fumée d’une cigarette, les vapoteurs inhalent la vapeur d’une e-cig. Cette action ne disparaît pas, vous continuez d’inhaler et gardez cette habitude d’ancien fumeur.

La consommation de nicotine

Consommer de la nicotine à travers une cigarette électronique est une alternative plus propre pour obtenir la dose dont votre corps a besoin. Comme nous l’avons vu précédemment, la libération de nicotine est légèrement plus lente qu’une cigarette ordinaire, mais la sensation de satiété dure plus longtemps.

Le ‘Hit’ de gorge

C’est difficile à décrire à un non-fumeur, mais en tant que fumeur, vous comprendrez probablement. L’inhalation vous donne une réponse sensorielle dans la gorge comme celle à laquelle vous êtes habitué avec une cigarette classique. Cette chaleur, ce picotement, cette oppression que vous ressentez dans votre gorge et votre poitrine lorsque vous inhalez.

 

ÉCLAIRCISSONS QUELQUES MYTHES SUR LA VAPE

Il est important d’éclaircir certains mythes récurrents sur la vape. Ce sont des affirmations de longue date qui sont véhiculées par les médias lorsqu’ils ont une journée ‘sans nouvelle’.

La cigarette électronique est aussi nocive que le tabac

Il existe de nombreuses études qui réfutent cette affirmation négative. Dans la première étude sur la santé à long terme d’un groupe de vapoteurs n’ayant jamais fumé, menée sur une période de trois ans et demi, le professeur Riccardo Polosa de l’université de Catane et son groupe de recherche ont conclu en 2017 que les vapoteurs à long terme n’ayant jamais fumé étaient non seulement beaucoup plus sûres que le tabagisme, mais qu’elles étaient également identiques en termes de santé respiratoire à celles qui ne fumaient pas et ne vapotaient pas.

Toutes les études affirment que les cigarettes électroniques sont au moins 95 % moins nocives que le tabac.

La vape est nocive à l’entourage

Si nous savons tous que le tabagisme passif est nocif, il n’en est pas de même pour la vape. Notons pour le prouver que la compagnie de tabac Lorillard a publié une étude révélant que la vape passive n’est pas nocive. L’étude de 2014 a comparé les niveaux de carcinogènes dans la fumée du tabac à ceux du nuage de fumée crée lors de la vape. Elle a conclu que la vapeur d’eau exhalée par un vapoteur contenait le même niveau de carcinogènes que l’air ambiant que tout le monde respire.

Les e-cigarettes ne sont pas un outil efficace pour arrêter de fumer

Cette affirmation mythique a toujours semblé étrange à ceux d’entre nous qui ont réussi à s’éloigner de la cigarette grâce à la vape. Début 2019, une équipe de recherche, a publié les résultats d’un essai qui ont montré que non seulement les cigarettes électroniques étaient utiles dans les tentatives d’arrêt du tabac, mais également qu’elles étaient presque deux fois plus efficaces que la totalité des produits de substitution nicotinique, comme les chewing-gum à la nicotine,  à laquelle elles étaient comparées.

La vape est plus addictive que le tabagisme

Il est prouvé que les e-cigarettes créent beaucoup moins de dépendance que les cigarettes ordinaires. Une étude réalisée par Jean-François Etter en 2015 suggère que les e-cigarettes créent une dépendance similaire ou moindre que les gommes à la nicotine, les deux étant bien moins dépendants que les cigarettes traditionnelles.

 

Vous êtes sur la bonne voie pour un arrêt complet du tabac. N’abandonnez pas et si votre but ultime est de diminuer votre consommation de nicotine, prenez le temps d’y parvenir. En optant pour la cigarette électronique, vous avez le choix de consommer le taux de nicotine que vous souhaitez et vous restez le maitre du jeu.

Comment arrêter de fumer sans prendre du poids

Comment arrêter de fumer sans prendre du poids

Les statistiques confirment que la plupart des personnes qui arrêtent de fumer prennent souvent du poids. En moyenne, cette prise de poids se situe entre 5 et 15 kilos. Et pour beaucoup d’anciens fumeurs, elle est temporaire et retombe au cours de la première année suivant l’arrêt du tabac.

Pour certains d’entre nous, cependant, la prise de poids reste stable et/ou augmente. Les raisons peuvent être un ralentissement du métabolisme dû à l’arrêt du tabac ou la ménopause, mais le plus souvent, c’est surtout du au fait que vous ingurgitez bien plus de calories comparé à l’époque avant l’arrêt du tabac.

Si vous êtes entrain d’envisager d’arrêter de fumer, c’est l’occasion de remplir votre frigo avec des en-cas sains, des fruits et des légumes pour ne pas conserver dans votre maison des sucreries ou autres junk food qui risqueraient de favoriser la prise de poids. Un peu de préparation peut vous éviter de devoir investir dans une nouvelle garde-robe pour vous adapter à une nouvelle vie sans tabac.

 

1) Fixer des objectifs réalistes

La meilleure façon de garder la tête hors de l’eau lorsque vous choisi le meilleur moment pour arrêter de fumer est tout d’abord d’éviter de vous fixer des objectifs irréalistes. L’arrêt du tabac, bien que loin d’être impossible, est un objectif difficile pour la plupart d’entre nous au début. Commencer un nouveau régime en même temps que l’on arrête de fumer est une tâche bien trop ardue.

Fixer des objectifs réalistes

De nombreuses personnes, en arrêtant de fumer, décident en même temps de relever d’autres défis dans la vie. Lorsque cela se produit, il peut être difficile voire impossible d’atteindre de multiples objectifs trop ambitieux et finalement, tout échouer pour revenir au point de départ.

Il suffit de se concentrer sur le maintien de son poids actuel tout en gérant le sevrage de la nicotine et les mois qui suivent. Une fois que vous êtes à l’aise avec votre statut de non-fumeur, vous pourrez par la suite vous concentrer sur la perte de poids.

 

2) Pourquoi la nourriture devient un substitut au tabagisme

Pour les ex-fumeurs, la nourriture prend souvent une importance grandissante qui peut rapidement devenir une obsession malsaine si ils n’y font pas attention. Mais pour quelles raisons ?

En partie, parce qu’il faut trouver un substitut à l’acte mécanique de fumer. L’acte de manger est un substitut facile qui peut remplace l’habitude de fumer. Les fumeurs ont une forte association main-bouche et manger est une activité main-bouche.

La nourriture a aussi tout simplement meilleur goût sans que le goudron des cigarettes n’obstrue vos délicates papilles gustatives. Il n’est pas rare que les anciens fumeurs constatent que certains aliments ont un goût totalement différent de celui qu’ils avaient lorsqu’ils fumaient.

Nourriture saine pour éviter la prise de poids

Et puis il y a le fait que la nourriture est un signal de réconfort pour beaucoup d’entre nous. Ce sentiment de réconfort est dû à une poussée de dopamine dans le cerveau, qui se trouve être le même mécanisme que celui du « plaisir » de fumer.

Les chercheurs pensent que la dopamine est un facteur clé de la dépendance, que ce soit à la nicotine, à la nourriture, à l’alcool ou à d’autres substances créant une dépendance. Il n’est donc pas étonnant que nous cherchions de la nourriture lorsque nous avons envie de fumer. Bien que nous ne puissions pas arrêter de manger comme nous avons arrêté de fumer, nous pouvons faire des choix qui nous aideront à éviter de prendre du poids et même à améliorer notre forme physique.

Un régime alimentaire riche en nutriments nous aide à être au mieux de notre forme physique et émotionnelle, ce qui, en retour, permet de maintenir plus facilement l’effort quotidien nécessaire pendant les premiers mois de l’arrêt du tabac.

Voici  donc une liste de conseils qui devraient vous aider à commencer à réfléchir de manière créative sur la manière d’utiliser la nourriture au bénéfice de votre santé plutôt que comme un substitut au tabac.

 

3) 10 conseils pour réduire la prise de poids lorsque vous cessez de fumer

  1. Réduire la taille des portions : Utilisez une assiette de la taille d’un déjeuner plutôt que d’un dîner, et arrêtez-vous après une assiette pleine.
  2. Lisez les étiquettes : Privilégiez les aliments à faible teneur en graisses et à forte teneur en protéines et en fibres. En ce qui concerne la taille des portions, vérifiez également les étiquettes des aliments emballés pour connaître la taille des portions.
  3. Evitez les tentations : Remplissez le réfrigérateur et les armoires de nourriture saine afin que, lorsque l’envie de grignoter se fait sentir, les bons aliments soient à portée de main.
  4. Faites-vous plaisir au restaurant : Ne laissez pas un demi-gallon de glace dans votre congélateur. Allez plutôt au glacier lorsque vous avez envie d’un sundae. Cela vous évitera de devoir retourner chercher une autre boule, ou pire, un autre bol plus tard.
  5. Buvez beaucoup d’eau : Si vous avez envie de grignoter, buvez d’abord un verre d’eau. Cela vous aidera à faire le plein. Vous mangerez moins et vous vaincrez aussi l’envie de fumer.
  6. Pensez 80/20 : Si 80 % des repas et des collations que vous prenez un jour donné sont sains et en bonnes portions, vous pouvez vous permettre quelques friandises avec les 20 % restants sans pour autant déséquilibrer votre régime.
  7. Mangez plus souvent : Essayez de prendre 5 ou 6 petits repas au cours de la journée. L’envie de grignoter est intense au début de l’arrêt du tabac, c’est pourquoi les repas sous forme de collation peuvent parfaitement répondre à vos besoins. Et la bonne nouvelle, c’est que des petits repas pris à quelques heures d’intervalle pourraient stimuler votre métabolisme.
  8. Allez vous promener : L’exercice vous aidera à éviter la prise de poids. Une simple demi-heure de marche par jour peut suffire pour vous aider à maintenir votre poids, à condition que vous mangiez bien aussi. L’exercice améliore également l’humeur et votre santé mentale, ce qui est un avantage non négligeable.
  9. Distrayez-vous : L’ennui est un élément déclencheur important pour fumer et manger. Si vous changez brusquement d’activité, vous pouvez vous distraire et éviter de grignoter sans réfléchir.
  10. Trouvez un soutien : Les forums en ligne peuvent constituer une formidable communauté de soutien pour les personnes qui s’efforcent d’arrêter de fumer.

 

4) Tirez un trait sans délais sur votre vie de fumeur

Quitter la cigarette est un défi difficile et parfois frustrant pour la plupart d’entre nous. Si l’on ajoute la prise de poids à l’équation, l’équation devient infernale.

Mettez-vous au travail et concentrez-vous d’abord sur la perte de votre dépendance à la nicotine, puis sur votre poids. Une fois que vous serez à l’aise dans votre peau d’ex fumeur, vous serez plus fort pour consacrer votre temps et votre énergie à perdre du poids avec succès.

Et en parlant de succès, il n’y a absolument rien de mieux pour la confiance en soi et la capacité d’une personne à relever efficacement les défis que de réussir à arrêter de fumer.

La consommation de tabac tue, purement et simplement (vous diminuerez les risques de décès en arrêtant de fumer avant 40 ans). Prenez donc les bonnes décisions en fumant votre dernière cigarette dès aujourd’hui. Si cela implique une prise de poids mineure de quelques kilos en cours de route, qu’il en soit ainsi. Il est toujours possible de perdre du poids plus tard, mais pas votre précieuse et irremplaçable santé.

Le tabac utilisé comme ingrédient clé dans un vaccin contre la COVID-19

Le tabac utilisé comme ingrédient clé dans un vaccin contre la COVID-19

Tout au long de l’histoire, les peuples indigènes d’Amérique du Nord et d’Alaska ont encensé le tabac pour son utilisation dans des pratiques médicinales en plus de son utilisation dans des cérémonies spirituelles. Cependant, ces dernières années, la plante a été mal connue en raison de l’utilisation d’une souche de tabac appelée Nicotiana tabacum pour la production de cigarettes.

Souche de tabac utilisé dans le développement d’un vaccin contre le coronavirus

Cette souche particulière, l’une des soixante-dix souches de tabac connues au moins, est responsable de plus de 70.000 décès par an en France et près de 500.000 aux États-Unis.

Aujourd’hui, deux sociétés de biotechnologie nord-américaines qui développent un vaccin contre le coronavirus pourraient mettre la plante sous un jour légèrement plus positif, car elles utilisent une souche appelée Nicotiana benthamiana pour produire une protéine clé qui pourrait être utilisée dans un vaccin.

Les deux sociétés sont Kentucky BioProcessing (KBP) et Medicago, qui basées au Canada.

« Il y a là une ironie évidente », a déclaré James Figlar, vice-président exécutif pour la recherche et le développement de R.J. Reynolds Tobacco, qui possède KBP.

« Si vous voulez être cynique, vous pouvez le faire », a déclaré M. Figlar. « Mais nous avons tendance à penser qu’en fin de compte, le plant de tabac en soi n’est encore qu’une plante ».

Les vaccins fonctionnent en imitant une infection, en convainquant le système immunitaire qu’il a été exposé à un pathogène, qui à son tour provoque la production de lymphocytes T et d’anticorps par le système immunitaire.

Il existe de multiples façons de faire cela, l’une d’entre elles consistant à introduire dans le système immunitaire quelque chose qui ressemble à un virus, mais qui n’est pas infectieux. C’est cette approche qu’utilise Kentucky Bioprocessing.

Processus de développement du vaccin à base de plants de tabac

vaccin covid19Le processus commence par la récolte de plantes âgées de 25 jours cultivées en serre. Les laborantins infectent ensuite la plante en la trempant dans une solution qui contient des microorganismes appelés agrobactéries. Les bactéries ont été modifiées pour contenir les instructions de fabrication d’une protéine à partir du coronavirus que les plants de tabac vont absorber.

Sept jours après que la plante a été infectée par le processus de trempage, elle passe par un processus d’extraction et de purification.

« A la fin du cycle, nous avons une protéine pure à 99,9% », a déclaré le président de la KBP, Hugh Haydon.

Un ensemble distinct de plantes produit une minuscule particule pour l’emballage de la protéine virale. Les deux composants, qui sont fabriqués et emballés séparément, sont ensuite liés chimiquement.

Le produit final est ce qui peut être injecté à l’homme comme un vaccin, et est censé déclencher une réponse immunitaire qui, en théorie, devrait protéger contre le coronavirus.

Medicago a déjà commencé à tester son candidat vaccin chez l’homme. La direction de l’entreprise a déclaré début octobre 2020 que les résultats de la phase 1 de l’étude de son vaccin potentiel sont attendus prochainement.

KBP a déclaré que l’un des avantages du vaccin est qu’il peut être conservé à température ambiante, contrairement aux vaccins conventionnels qui nécessitent souvent une réfrigération, ce qui lui confère un avantage significatif par rapport aux autres vaccins.

KBP est l’unité qui développe le vaccin pour British American Tobacco BATS.L, le fabricant des cigarettes Dunhill et Lucky Strike. La société a annoncé sa tentative de fabrication d’un vaccin en avril, en précisant qu’elle travaillait avec la Food and Drug Administration américaine sur les prochaines étapes et qu’elle était également engagée avec les autorités sanitaires britanniques pour que son vaccin fasse l’objet d’études cliniques dès que possible.

« Nous pensons avoir fait une percée significative avec notre plate-forme technologique sur les plants de tabac et nous sommes prêts à travailler avec les gouvernements et toutes les parties prenantes pour aider à gagner la guerre contre la COVID-19« , a déclaré David O’Reilly, directeur de la recherche scientifique chez BAT, dans un communiqué.

KBP a fait la une des journaux il y a quelques années lorsqu’elle a déclaré avoir créé un traitement efficace contre le virus Ebola appelé ZMapp, en collaboration avec la société biopharmaceutique californienne Mapp.