Site d'informations pour arrêter de fumer

Tabagisme, cigarette électronique, e liquide
Qu’est-ce que du e-liquide CBD ?

Qu’est-ce que du e-liquide CBD ?

Tous les vapoteurs ont entendu parler des effets du e-liquide CBD. Savez-vous ce qu’est le CBD ? Quel est l’intérêt d’utiliser du CBD ? A quoi sert-il et comment peut-il vous aider ? Enfin quelle différence y a-t-il entre du liquide avec et sans CBD ?

Le site marchand Eliquide-diy.fr propose une dizaine d’e-liquides à base de CBD en plus des centaines d’e-liquides, avec ou sans nicotine, et aux multiples parfums. Dans cet article, nous allons vous aider à comprendre exactement ce qu’est un e-liquide CBD, et si oui ou non il répondra à vos besoins.

 

Qu’est-ce que le CBD ?

CBD est l’abréviation de cannabidiol. Il s’agit d’un type particulier de composé appelé « cannabinoïde », qui provient de la plante de chanvre, une variété de Cannabis – mais le CBD ne vous fera pas planer ! Bien qu’il provienne d’une plante souvent associée à la « défonce », le CBD seul ne provoque aucun effet psychoactif. C’est en fait un cannabinoïde entièrement différent (le très contesté THC) qui provoque ces réactions.

Il existe différents types d’extraits de CBD qui sont utilisés dans les produits CBD. Parfois, l’extrait contient d’autres cannabinoïdes – comme le CBG ou le CBC (ou même de petites quantités de THC) – ou des terpènes, qui sont les huiles essentielles présentes dans les plantes et qui créent des parfums, des saveurs et peuvent apporter des avantages thérapeutiques.

Habituellement, les e-liquides au CBD ne contiennent que de l’isolat de CBD pur. Il s’agit d’une simple concentration de CBD pur qui se présente sous forme de poudre ou de cristaux. Il n’a ni gout ni odeur, ce qui signifie que les arômes du e-liquide CBD peuvent être mis en valeur.

Vous pouvez trouver de nombreux autres produits à base de CBD sur le marché, comme l’huile de CBD, les bonbons à base de CBD ou les produits de soins de la peau à base de CBD. Cependant, les e-liquides de CBD sont les produits les plus efficaces et les plus rapides à utiliser.

Contrairement à ce qui se passe avec les huiles ou les bonbons au CBD, lorsque vous vapotez du CBD, il pénètre dans les poumons où il peut directement se diffuser dans la circulation sanguine très rapidement. Ainsi, lorsque vous vapotez du CBD, il peut être jusqu’à quatre fois plus efficace, et les effets du liquide CBD peuvent se produire jusqu’à 60 minutes plus rapidement qu’avec d’autres produits CBD.

 

Quels sont les effets des e-liquides CBD ?

Le CBD aide le système endocannabinoïde humain, qui n’est autre qu’un système de communication physiologique, à mieux fonctionner en équilibrant essentiellement ses processus. Ce système se trouve à l’intérieur de chaque corps humain et est responsable de nombreuses fonctions qui contribuent à l’homéostasie (stabilisation de ces communications physiologiques).

Le système endocannabinoïde englobe la douleur ressentie, l’état de votre humeur, la qualité de votre sommeil, votre système inflammatoire, mais également immunitaire, votre capacité de mémorisation, votre gestion du stress et de l’anxiété, et bien d’autres fonctions. Donc, pour faire simple et concis, il est de plus en plus certain, que le CBD a une influence directe sur tous ces points et aide à résoudre des problèmes liés à tous ces domaines.

La douleur

La douleur est la principale raison pour laquelle les gens utilisent le CBD. Il peut s’agir de douleurs chroniques, de douleurs musculaires et articulaires, de douleurs dues à l’exercice, d’arthrite, de maux de tête – à peu près toutes les douleurs auxquelles vous pouvez penser ! On pense que le CBD est efficace pour soulager la douleur en raison de ses propriétés anti-inflammatoires et du fait qu’il peut équilibrer le système endocannabinoïde qui régule la réponse à la douleur.

Stress et anxiété

L’un des effets les plus courants du e-liquide CBD rapporté par les fumeurs est la façon dont il aide à induire des sentiments de calme lorsque l’anxiété ou le stress deviennent accablants. A travers le système endocannabinoïde, le CBD permet de réguler nos réponses à l’anxiété et au stress en permettant d’atténuer voir de traiter les sentiments d’anxiété inutiles (c’est-à-dire lorsque nous éprouvons une anxiété qui n’est pas le résultat d’une situation réellement menaçante – comme être poursuivi !) De nombreuses personnes choisissent de vapoter du CBD pour cette raison, en raison du soulagement rapide qu’il procure.

Le sommeil

De nombreux facteurs peuvent être à l’origine de problèmes du sommeil, notamment le stress, l’anxiété, la dépression et la douleur, et même le fait d’arrêter de fumer ! Autant de facteurs pour lesquels le CBD peut être utile. Ainsi le CBD grâce à son action régulatrice du système endocannabinoïde permettra de réguler le cycle veille-sommeil. Le cycle entier du sommeil, de l’endormissement aux phases de réveil sera ainsi recadré par l’effet du CBD.

 

Comment puis-je vapoter du CBD ? Et quelle quantité de CBD dois-je vapoter ?

Tout d’abord, ne mettez jamais d’huile de CBD dans votre réservoir de vape ! Les e-liquides CBD et l’huile de CBD sont deux choses différentes. Si vous mettez une huile de CBD ordinaire (conçue pour être prise par voie orale) dans votre dispositif d’e-cigarette, elle ne réagira pas très bien, et vous avez toutes les chances d’endommager tout le système.

Deuxièmement, il est préférable d’utiliser un petit appareil à faible puissance, comme un stylo à vape ou un système de pods. En effet, les e-liquides au CBD n’ont généralement pas besoin de beaucoup de puissance pour être vapotés. Ces types d’appareils sont beaucoup plus faciles à utiliser et à entretenir – de plus, si vous vapotez également des e-liquides normaux, il est beaucoup plus facile d’avoir un petit appareil simple sur le côté pour votre CBD.

Une autre chose que vous devrez considérer est la force de votre e-liquide. La puissance que vous choisirez dépendra de la gravité de votre état (c’est-à-dire de l’intensité des effets que vous souhaitez obtenir) et de la fréquence à laquelle vous comptez utiliser votre vape. Si vous avez pour habitude de vapoter tout au long de la journée, il est préférable de choisir une concentration plus faible et si au contraire, vous ne vapotez que quelques fois par jour, augmentez la dose.

Nous vous conseillons de commencer par une dose minimale que vous augmenterez et fur et à mesure jusqu’à obtenir l’effet attendu.

Une fois que votre appareil et votre e-liquide au CBD sont prêts, le processus est le même que pour la vaporisation bouche à poumon. Tout d’abord, vous devez amorcer votre bobine, et une fois bien amorcée, votre appareil est alors prêt à être utilisé ! Inhalez la vapeur, respirez-la dans les poumons, puis expirez. Au bout de 10 à 20 minutes vous saurez comment cela vous affecte. Ce n’est qu’après ce délai que vous pourrez décider d’en consommer davantage ou non.

Si vous n’avez jamais vapoté auparavant, il est important de noter que votre bobine devra être remplacée. C’est une bonne pratique que nous vous conseillons afin de ne pas encrasser votre système et de garder une expérience de vape optimale et des gouts toujours intacts des e-liquides que vous vapotez.

 

Quelles est la composition d’un e-liquide CBD ?

Les e-liquides CBD sont très similaires aux e-liquides normaux, avec la particularité de contenir en plus du CBD ! Comme tous les e-liquides, ils contiennent une combinaison de VG et de PG. La glycérine végétale (VG), et le propylène glycol (PG) sont deux composants de base de tout e-liquide. Incolores et inodores ils sont utilisés dans les aliments, les cosmétiques et, bien sûr, les e-liquides.

Les e-liquides CBD présentent souvent un rapport de 50/50, ce qui crée un équilibre idéal entre la diffusion de l’arôme et la production de vapeur, et le rend plus adapté aux appareils à faible puissance.

Les e-liquides sans CBD présentent souvent un ratio de 70/30. Cela signifie qu’une plus grande puissance est nécessaire pour vaporiser correctement le e-liquide. Ces e-liquides non-CBD conviennent mieux aux amateurs de vape qui veulent une saveur forte et de gros nuages de vape.

L’ingrédient suivant est l’arôme.

Le dernier ingrédient est l’extrait de CBD. Les e-liquides au CBD proposés par eliquide-diy.fr sont infusés avec un isolat de CBD pur à 99,9 %. Il s’agit de la forme la plus pure et la plus puissante de CBD, sans gout ni odeur, elle permet au profil aromatique complet de ressortir. De plus, il est garanti 100% sans THC !

Comment régler sa cigarette électronique ?

Comment régler sa cigarette électronique ?

Vous avez acheté une cigarette électronique et vous ne savez pas comment la régler ? Il est tout d’abord nécessaire de comprendre son mode de fonctionnement.

La cigarette électronique produit de la vapeur grâce à une résistance entourée de coton qui sera chauffé sans combustion. Ce dispositif vaporise par la suite un e-liquide aromatisé. Pour consommer le liquide, il faut inhaler la fumée comme celle d’une cigarette classique.

Pour bien régler sa cigarette électronique, il faut savoir à quoi sert chacun de ses composants.

Les modes d’une cigarette électronique

La vape est la remplaçante idéale pour arrêter le tabagisme. Cela est possible grâce à l’évolution de la technologie.

Pour se démarquer, les fabricants misent sur la diversité des modes. Les modes principaux d’une e-cigarette sont :

  • Le mode power : cela permet de choisir la puissance de la vape (en watts) ;
  • Le bypass : permet de faire un changement de mode électronique au mode mécanique ;
  • Le contrôle de température : pour les résistances en acier inoxydable, en titane ou en nickel ;
  • Le curve : pour paramétrer la courbe de la tension, la puissance et la température.

En étant sur mode électronique, une cigarette électronique possède un chipset. Il s’agit un circuit électronique qui permet de gérer l’affichage et d’effectuer le réglage de votre cigarette électronique. Il permet de changer la température de la vapeur, d’enregistrer les préférences de vape, et de varier la puissance en watts.

Tous ces modes sont établis pour faciliter et améliorer le vapotage. Votre expérience s’améliore en fonction de l’adaptation de votre vape avec votre tirage. Ce n’est pas difficile de régler une e-cigarette, il suffit simplement de bien comprendre son fonctionnement.

Comment régler sa cigarette électronique ?

Pour bien vaper, il faut maîtriser le réglage de sa vapote. Elle possède plusieurs fonctionnalités et modes différents qui sont conçus pour changer ou améliorer la qualité de votre vape. Vous avez sûrement entendu des expressions telles que wattage, contrôle de température, mode bypass. Il s’agit des modes de fonctionnement de la cigarette électronique.
Il existe des cigarettes électroniques avec un réglage simple. Elles permettent de choisir entre les intensités de la vape facilement sans obligation de choisir la puissance de manière précise.
L’autre type existant est la cigarette à réglage complet, celle-ci vous permet de choisir au minimum la puissance exacte mais vous pouvez avoir des fonctionnalités supplémentaires.
La cigarette électronique se compose essentiellement de ces éléments : une batterie qui alimente l’appareil en électricité, un clearomiseur qui contient une résistance, un réservoir en pyrex et un drip tip.

On associe le clearomiseur et la batterie pour la création de la vapeur. Le e-liquide est très important, c’est ce qui permet d’inhaler les arômes, il se compose de nicotine, d’arômes alimentaires et d’autres substances.

Pour utiliser votre e-cigarette, vous devez verser le e-liquide dans le réservoir du clearomiseur. Attention au débordement, cela provoque le risque d’avoir du e-liquide dans la bouche.

Pensez à vérifier que la batterie soit bien chargée avant l’utilisation. Une fois que vous avez rempli le clearomiseur, il vous suffit d’actionner le bouton de mise en marche pour pouvoir commencer à inhaler la vapeur via le drip tip.

Les risques du vapotage

La nicotine n’est pas associée au risque du cancer. Cependant, elle peut provoquer d’autres risques. Cette substance est susceptible de créer une forte dépendance et les jeunes sont particulièrement sensibles aux effets secondaires de la nicotine.

Il est prouvé que cette substance peut nuire à la concentration et à la mémoire. Elle peut également altérer le développement du cerveau chez les plus jeunes.
Pour les adolescents, la nicotine peut provoquer un abaissement du contrôle des impulsions. Elle favoriserait aussi les troubles comportementaux et cognitifs. Elle peut également pousser les jeunes à la dépendance à d’autres drogues si elle est mal consommée.
Certains eliquides sont toxiques pour les adolescents et les jeunes, ces produits peuvent être nocifs s’ils sont avalés ou absorbés par la peau. En effet, il y a eu des cas de décès causés par l’intoxication à la nicotine chez des enfants ayant ingéré le liquide à vapoter.
Pour éviter tout risque d’effets indésirables, une consommation modérée est conseillée afin d’éviter une possible surdose.

C’est confirmé : l’utilisation quotidienne de l’e-cigarette aide les fumeurs à arrêter de fumer.

C’est confirmé : l’utilisation quotidienne de l’e-cigarette aide les fumeurs à arrêter de fumer.

Une nouvelle étude publiée en Mars 2021, lors de la journée sans tabac, par le King’s Collège de Londres souligne les « avantages évidents » de l’utilisation quotidienne d’e-cigarettes pour arrêter de fumer, et soutient leur efficacité par rapport à d’autres méthodes de sevrage, y compris les thérapies de remplacement de la nicotine ou les médicaments.

Le tabagisme: principale cause de décès en France

Bien que le nombre de fumeurs en France ait continué à baisser ces dernières années, le tabagisme reste la principale cause évitable de décès prématuré et de maladie – tuant plus de 75 000 personnes en France en 2020.

Les e-cigarettes existent depuis plus de dix ans, les preuves de leur efficacité pour aider les fumeurs à arrêter de fumer sont encore limitées. De récentes études ont produit des résultats incohérents ou n’ont pas réussi à mesurer des facteurs importants tels que la fréquence d’utilisation ou l’effet de différents types d’e-cigarettes sur les tentatives d’arrêter de fumer.

Lire aussi notre article sur comment convaincre son partenaire d’arrêter de fumer

Des chercheurs anglais du King’s Collège ont analysé les données d’une enquête en ligne menée auprès de plus de 1 155 personnes, parmi lesquelles des fumeurs, des ex-fumeurs ayant arrêté de fumer dans l’année précédant l’enquête et des utilisateurs d’e-cigarettes.

Cinq cohortes de données ont été collectées entre 2012 et 2017. Les chercheurs ont analysé l’efficacité des e-cigarettes pour favoriser l’abstinence tabagique pendant au moins un mois lors du suivi, et au moins un mois d’abstinence entre la première enquête et les vagues de suivi suivantes.

 

Un fumeur qui se lance dans la vape a 5 fois plus de chances d’arrêter de fumer

L’étude a révélé que les personnes qui utilisaient quotidiennement une e-cigarette rechargeable pour arrêter de fumer avaient plus de cinq fois plus de chances de parvenir à l’abstinence tabagique pendant un mois, par rapport à celles qui n’utilisaient aucune aide à l’arrêt du tabac. Arrêter de fumer prend du temps mais cela est possible grâce à l’e-cigarette.

De même, les personnes qui utilisaient quotidiennement une e-cigarette jetable ou à cartouche avaient trois fois plus de chances d’arrêter de fumer pendant un mois, par rapport à celles qui n’utilisaient aucune aide.

L’utilisation quotidienne d’e-cigarettes était également plus efficace pour arrêter de fumer que d’autres méthodes d’aide à l’arrêt fondées sur des données probantes, notamment les substituts nicotiniques, les médicaments tels que le bupropion ou la varénicline. Aucune de ces méthodes n’a été associée à l’abstinence tabagique lors du suivi, par rapport à l’absence totale d’assistance. Cependant, dans une analyse secondaire, les médicaments prescrits sur ordonnance étaient associés à l’obtention d’au moins un mois d’abstinence tabagique.

Lire aussi notre article sur Pourquoi l’été est le meilleur moment pour arrêter de fumer

Le Dr McDermott, chercheur au King’s College et auteur principal de l’étude, a déclaré : « Nos résultats montrent que, lorsqu’ils sont utilisés quotidiennement, les médicaments sur ordonnance sont plus efficaces que les médicaments traditionnels : Nos résultats montrent que lorsqu’elles sont utilisées quotidiennement, les e-cigarettes aident les gens à arrêter de fumer, alors qu’elles ne les aident pas du tout. Ces résultats sont conformes aux recherches précédentes, qui montrent que les e-cigarettes sont une aide plus efficace pour arrêter de fumer que les substituts nicotiniques et les médicaments prescrits. Il est important que nous mesurions systématiquement la fréquence d’utilisation des e-cigarettes, car nous avons constaté qu’une utilisation plus sporadique lors du suivi – en particulier des types rechargeables – n’était pas associée à l’abstinence ».

On peut donc en conclure que malgré la position prudente de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les e-cigarettes, des études comme celle du King’s College montrent que les E-cigarettes restent un atout des plus efficaces pour arrêter de fumer.

L’OMS est particulièrement préoccupée par les e-cigarettes rechargeables, car elles pourraient permettre à l’utilisateur d’ajouter des substances nocives ou des niveaux plus élevés de nicotine. Cependant, cette étude tend à démontrer que les e-cigarettes sont une aide au sevrage très efficace lorsqu’elles sont utilisées quotidiennement, et cette preuve devrait être prise en compte dans toute directive future concernant leur utilisation.

 

Baisse du nombre de fumeurs aux Etats Unis

Baisse du nombre de fumeurs aux Etats Unis

Selon un sondage, le pourcentage d’Américains qui fument est proche du niveau le plus bas jamais atteint.

Le pourcentage d’Américains qui déclarent fumer des cigarettes a atteint un pic de 45 % en 1954.

Selon un nouveau sondage, le pourcentage d’Américains qui fument des cigarettes est proche de son niveau le plus bas jamais enregistré.

Selon le sondage, 16 % des adultes américains ont déclaré avoir fumé des cigarettes au cours de la semaine écoulée. Cette récente donnée est presque statistiquement la même que le niveau record de 15% des Américains qui ont déclaré avoir fumé des cigarettes en 2019.

23% des adultes disent avoir déjà fumé des cigarettes de façon régulière. Le chiffre combiné de 39% est en baisse par rapport à 53% en 1994.

Gallup mesure la consommation de cigarettes des Américains depuis 1944 et, jusqu’en 1974, au moins 40 % des adultes ont déclaré avoir fumé des cigarettes au cours de la semaine précédente. Ce chiffre inclut un pic de 45% en 1954.

Le pourcentage est passé sous la barre des 40 % en 1977, lorsque 36 % des Américains ont déclaré avoir fumé des cigarettes au cours de la semaine précédente.

Lire nos conseils sur l’arrêt du tabac après 40 ans

Le pourcentage d’Américains qui fumaient a continué à baisser à mesure que les publicités télévisées pour le tabac étaient interdites et que des campagnes antitabac étaient lancées. Après 1988, les taux de tabagisme ont chuté entre 20 % et 29 % pendant plus de deux décennies, alors que la réglementation gouvernementale des compagnies de tabac augmentait et que les poursuites judiciaires à leur encontre se multipliaient.

Depuis 2015, le taux de tabagisme chez les adultes aux États-Unis a toujours été inférieur à 20 %.

Le pourcentage d’Américains qui fument a diminué, tout comme le nombre de cigarettes qu’ils fument. Depuis 1999, une majorité de fumeurs déclarent fumer moins d’un paquet de cigarettes par jour, et le pourcentage de fumeurs fumant un ou plusieurs paquets par jour a surtout diminué.

Toutefois, cette tendance s’est inversée lors de la dernière enquête. Environ deux tiers, 67 %, des fumeurs ont déclaré fumer moins d’un paquet de cigarettes par jour. Il s’agit d’une baisse par rapport aux 74 % de la dernière enquête Gallup. Le pourcentage de fumeurs fumant un paquet par jour est passé de 20 % à 25 % cette année. Six pour cent des fumeurs déclarent fumer plus d’un paquet par jour, ce qui représente une augmentation par rapport aux 4 % de la dernière enquête Gallup.

Sevrage tabagique grâce aux cigarettes électroniques

Si le fait de vapoter des e-liquides pour cigarettes électroniques est moins courant que de fumer des cigarettes traditionnelles, sa prévalence varie selon les groupes démographiques.

Lire notre article sur les E-liquides à 2 euros

Les personnes âgées de 18 à 29 ans sont les plus susceptibles de fumer, 17 % des personnes de ce groupe déclarant avoir utilisé des e-cigarettes au cours de la semaine écoulée, contre 5 % des personnes âgées de 30 à 49 ans et 2 % des personnes âgées de 50 à 64 ans.

Implant dentaire et tabac : pourquoi est-il préférable d’arrêter de fumer ?

Implant dentaire et tabac : pourquoi est-il préférable d’arrêter de fumer ?

Un implant dentaire est une racine artificielle fixée dans l’os de la mâchoire, destinée à remplacer une dent. Solution fiable et pérenne, le taux de réussite d’un implant dentaire avoisine les 95%. Cela signifie qu’environ 5 % des implants sont concernés par des échecs et ce risque augmente chez les patients fumeurs. Découvrez dans cet article les effets négatifs du tabac sur la réussite de votre traitement implantaire.

Les effets du tabac sur les implants dentaires ?

La cigarette constitue un réel problème puisqu’elle augmente de façon significative le risque d’échec implantaire. En effet, des études montrent que le taux d’échec des implants dentaires chez les fumeurs est supérieur à 15 %, parce que la cigarette altère la cicatrisation et augmente notamment le risque d’infection.

 Lire aussi notre article sur les 5 effets ressentis par votre corps lorsque vous arrêter de fumer

Un ralentissement de la cicatrisation

Fumer perturbe la phase de cicatrisation parce que la nicotine dans la circulation sanguine contracte les vaisseaux sanguins, provoquant ainsi leur rétrécissement. C’est ce qu’on appelle la vasoconstriction. Par conséquent, l’approvisionnement à la fois en sang et en oxygène vers la plaie est fortement diminué chez les fumeurs. La coagulation sanguine est également perturbée. Ainsi, la cicatrisation se fait de manière beaucoup plus lente.

Une augmentation du risque d’infection et de parodontie

L’altération de la circulation du sang observée chez les fumeurs n’est pas le seul effet néfaste au bon déroulement de la pose d’un implant dentaire.

On constate aussi :

  1. Un risque d’infection plus important : pendant l’intervention chirurgicale, des bactéries peuvent pénétrer dans la plaie. En temps normal, les éventuelles bactéries sont éliminées par nos cellules immunitaires. Puisque le système immunitaire des fumeurs est plus affaibli, le risque d’infection pendant l’intervention est plus élevé.
  2. Un risque de maladies parodontales : les maladies parodontales, telles que les gingivites et parodontites, ont pour conséquence de détruire les tissus de soutien de la dent, au niveau de la gencive et de l’os. Ce sont des maladies infectieuses, c’est-à -dire qu’elles sont causées par des bactéries.
  3. Chez les fumeurs, le risque de maladies parodontales est plus élevé car le tabac augmente l’accumulation et la stagnation de plaque dentaire. Ces bactéries, non éliminées, conduisent à la formation de tartre sur les dents et sous les gencives et peuvent à terme provoquer : inflammation des gencives, rétractation des gencives, destruction des tissus osseux, jusqu’à la perte de l’implant.

Consultez aussi notre article  » Comment le sport peut il influencer l’arrêt tabagique? « 

Quelles sont les alternatives pour les fumeurs ?

Arrêter temporairement

Avant de se lancer dans de tels soins pour refaire sa dentition, il est préférable d’arrêter de fumer quelque temps avant la pose d’implant dentaire. En stoppant la cigarette plusieurs semaines en amont de l’intervention, on constate un effet bénéfique sur le processus de cicatrisation, réduisant significativement les risques liés au tabac.

Durant la phase de cicatrisation, qui dure au minimum 3 mois, il est également conseillé de ne pas reprendre la cigarette ou bien d’en diminuer drastiquement la quantité, pour favoriser la bonne ostéointégration de l’implant.

Envisager la cigarette électronique

Dans le cas où vous ne parvenez pas à arrêter temporairement de fumer, la cigarette électronique peut être une alternative. En effet, la cigarette électronique entraînerait moins de risque que le tabac, car elle contient moins de substances nocives.

Toutefois, il est essentiel de rappeler que l’idéal est d’arrêter de fumer que ce soit la cigarette « classique » ou « électronique », si vous souhaitez garantir la réussite de votre traitement implantaire.

En effet, bien qu’il soit possible de poser des implants dentaires dans la bouche d’un fumeur, le dentiste peut avoir des réticences à vous soigner, voire même refuser de poser les implants, en particulier si vous êtes un gros fumeur.

Si vous êtes fumeur, il est donc important d’évoquer le sujet avec votre dentiste, afin qu’il puisse vous exposer les risques et vous aider à prendre une décision éclairée pour votre santé bucco-dentaire.