Site d'informations pour arrêter de fumer

Tabagisme, cigarette électronique, e liquide
C’est confirmé : l’utilisation quotidienne de l’e-cigarette aide les fumeurs à arrêter de fumer.

C’est confirmé : l’utilisation quotidienne de l’e-cigarette aide les fumeurs à arrêter de fumer.

Une nouvelle étude publiée en Mars 2021, lors de la journée sans tabac, par le King’s Collège de Londres souligne les « avantages évidents » de l’utilisation quotidienne d’e-cigarettes pour arrêter de fumer, et soutient leur efficacité par rapport à d’autres méthodes de sevrage, y compris les thérapies de remplacement de la nicotine ou les médicaments.

Le tabagisme: principale cause de décès en France

Bien que le nombre de fumeurs en France ait continué à baisser ces dernières années, le tabagisme reste la principale cause évitable de décès prématuré et de maladie – tuant plus de 75 000 personnes en France en 2020.

Les e-cigarettes existent depuis plus de dix ans, les preuves de leur efficacité pour aider les fumeurs à arrêter de fumer sont encore limitées. De récentes études ont produit des résultats incohérents ou n’ont pas réussi à mesurer des facteurs importants tels que la fréquence d’utilisation ou l’effet de différents types d’e-cigarettes sur les tentatives d’arrêter de fumer.

Lire aussi notre article sur comment convaincre son partenaire d’arrêter de fumer

Des chercheurs anglais du King’s Collège ont analysé les données d’une enquête en ligne menée auprès de plus de 1 155 personnes, parmi lesquelles des fumeurs, des ex-fumeurs ayant arrêté de fumer dans l’année précédant l’enquête et des utilisateurs d’e-cigarettes.

Cinq cohortes de données ont été collectées entre 2012 et 2017. Les chercheurs ont analysé l’efficacité des e-cigarettes pour favoriser l’abstinence tabagique pendant au moins un mois lors du suivi, et au moins un mois d’abstinence entre la première enquête et les vagues de suivi suivantes.

 

Un fumeur qui se lance dans la vape a 5 fois plus de chances d’arrêter de fumer

L’étude a révélé que les personnes qui utilisaient quotidiennement une e-cigarette rechargeable pour arrêter de fumer avaient plus de cinq fois plus de chances de parvenir à l’abstinence tabagique pendant un mois, par rapport à celles qui n’utilisaient aucune aide à l’arrêt du tabac. Arrêter de fumer prend du temps mais cela est possible grâce à l’e-cigarette.

De même, les personnes qui utilisaient quotidiennement une e-cigarette jetable ou à cartouche avaient trois fois plus de chances d’arrêter de fumer pendant un mois, par rapport à celles qui n’utilisaient aucune aide.

L’utilisation quotidienne d’e-cigarettes était également plus efficace pour arrêter de fumer que d’autres méthodes d’aide à l’arrêt fondées sur des données probantes, notamment les substituts nicotiniques, les médicaments tels que le bupropion ou la varénicline. Aucune de ces méthodes n’a été associée à l’abstinence tabagique lors du suivi, par rapport à l’absence totale d’assistance. Cependant, dans une analyse secondaire, les médicaments prescrits sur ordonnance étaient associés à l’obtention d’au moins un mois d’abstinence tabagique.

Lire aussi notre article sur Pourquoi l’été est le meilleur moment pour arrêter de fumer

Le Dr McDermott, chercheur au King’s College et auteur principal de l’étude, a déclaré : « Nos résultats montrent que, lorsqu’ils sont utilisés quotidiennement, les médicaments sur ordonnance sont plus efficaces que les médicaments traditionnels : Nos résultats montrent que lorsqu’elles sont utilisées quotidiennement, les e-cigarettes aident les gens à arrêter de fumer, alors qu’elles ne les aident pas du tout. Ces résultats sont conformes aux recherches précédentes, qui montrent que les e-cigarettes sont une aide plus efficace pour arrêter de fumer que les substituts nicotiniques et les médicaments prescrits. Il est important que nous mesurions systématiquement la fréquence d’utilisation des e-cigarettes, car nous avons constaté qu’une utilisation plus sporadique lors du suivi – en particulier des types rechargeables – n’était pas associée à l’abstinence ».

On peut donc en conclure que malgré la position prudente de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les e-cigarettes, des études comme celle du King’s College montrent que les E-cigarettes restent un atout des plus efficaces pour arrêter de fumer.

L’OMS est particulièrement préoccupée par les e-cigarettes rechargeables, car elles pourraient permettre à l’utilisateur d’ajouter des substances nocives ou des niveaux plus élevés de nicotine. Cependant, cette étude tend à démontrer que les e-cigarettes sont une aide au sevrage très efficace lorsqu’elles sont utilisées quotidiennement, et cette preuve devrait être prise en compte dans toute directive future concernant leur utilisation.

 

Baisse du nombre de fumeurs aux Etats Unis

Baisse du nombre de fumeurs aux Etats Unis

Selon un sondage, le pourcentage d’Américains qui fument est proche du niveau le plus bas jamais atteint.

Le pourcentage d’Américains qui déclarent fumer des cigarettes a atteint un pic de 45 % en 1954.

Selon un nouveau sondage, le pourcentage d’Américains qui fument des cigarettes est proche de son niveau le plus bas jamais enregistré.

Selon le sondage, 16 % des adultes américains ont déclaré avoir fumé des cigarettes au cours de la semaine écoulée. Cette récente donnée est presque statistiquement la même que le niveau record de 15% des Américains qui ont déclaré avoir fumé des cigarettes en 2019.

23% des adultes disent avoir déjà fumé des cigarettes de façon régulière. Le chiffre combiné de 39% est en baisse par rapport à 53% en 1994.

Gallup mesure la consommation de cigarettes des Américains depuis 1944 et, jusqu’en 1974, au moins 40 % des adultes ont déclaré avoir fumé des cigarettes au cours de la semaine précédente. Ce chiffre inclut un pic de 45% en 1954.

Le pourcentage est passé sous la barre des 40 % en 1977, lorsque 36 % des Américains ont déclaré avoir fumé des cigarettes au cours de la semaine précédente.

Lire nos conseils sur l’arrêt du tabac après 40 ans

Le pourcentage d’Américains qui fumaient a continué à baisser à mesure que les publicités télévisées pour le tabac étaient interdites et que des campagnes antitabac étaient lancées. Après 1988, les taux de tabagisme ont chuté entre 20 % et 29 % pendant plus de deux décennies, alors que la réglementation gouvernementale des compagnies de tabac augmentait et que les poursuites judiciaires à leur encontre se multipliaient.

Depuis 2015, le taux de tabagisme chez les adultes aux États-Unis a toujours été inférieur à 20 %.

Le pourcentage d’Américains qui fument a diminué, tout comme le nombre de cigarettes qu’ils fument. Depuis 1999, une majorité de fumeurs déclarent fumer moins d’un paquet de cigarettes par jour, et le pourcentage de fumeurs fumant un ou plusieurs paquets par jour a surtout diminué.

Toutefois, cette tendance s’est inversée lors de la dernière enquête. Environ deux tiers, 67 %, des fumeurs ont déclaré fumer moins d’un paquet de cigarettes par jour. Il s’agit d’une baisse par rapport aux 74 % de la dernière enquête Gallup. Le pourcentage de fumeurs fumant un paquet par jour est passé de 20 % à 25 % cette année. Six pour cent des fumeurs déclarent fumer plus d’un paquet par jour, ce qui représente une augmentation par rapport aux 4 % de la dernière enquête Gallup.

Sevrage tabagique grâce aux cigarettes électroniques

Si le fait de vapoter des e-liquides pour cigarettes électroniques est moins courant que de fumer des cigarettes traditionnelles, sa prévalence varie selon les groupes démographiques.

Lire notre article sur les E-liquides à 2 euros

Les personnes âgées de 18 à 29 ans sont les plus susceptibles de fumer, 17 % des personnes de ce groupe déclarant avoir utilisé des e-cigarettes au cours de la semaine écoulée, contre 5 % des personnes âgées de 30 à 49 ans et 2 % des personnes âgées de 50 à 64 ans.

Implant dentaire et tabac : pourquoi est-il préférable d’arrêter de fumer ?

Implant dentaire et tabac : pourquoi est-il préférable d’arrêter de fumer ?

Un implant dentaire est une racine artificielle fixée dans l’os de la mâchoire, destinée à remplacer une dent. Solution fiable et pérenne, le taux de réussite d’un implant dentaire avoisine les 95%. Cela signifie qu’environ 5 % des implants sont concernés par des échecs et ce risque augmente chez les patients fumeurs. Découvrez dans cet article les effets négatifs du tabac sur la réussite de votre traitement implantaire.

Les effets du tabac sur les implants dentaires ?

La cigarette constitue un réel problème puisqu’elle augmente de façon significative le risque d’échec implantaire. En effet, des études montrent que le taux d’échec des implants dentaires chez les fumeurs est supérieur à 15 %, parce que la cigarette altère la cicatrisation et augmente notamment le risque d’infection.

 Lire aussi notre article sur les 5 effets ressentis par votre corps lorsque vous arrêter de fumer

Un ralentissement de la cicatrisation

Fumer perturbe la phase de cicatrisation parce que la nicotine dans la circulation sanguine contracte les vaisseaux sanguins, provoquant ainsi leur rétrécissement. C’est ce qu’on appelle la vasoconstriction. Par conséquent, l’approvisionnement à la fois en sang et en oxygène vers la plaie est fortement diminué chez les fumeurs. La coagulation sanguine est également perturbée. Ainsi, la cicatrisation se fait de manière beaucoup plus lente.

Une augmentation du risque d’infection et de parodontie

L’altération de la circulation du sang observée chez les fumeurs n’est pas le seul effet néfaste au bon déroulement de la pose d’un implant dentaire.

On constate aussi :

  1. Un risque d’infection plus important : pendant l’intervention chirurgicale, des bactéries peuvent pénétrer dans la plaie. En temps normal, les éventuelles bactéries sont éliminées par nos cellules immunitaires. Puisque le système immunitaire des fumeurs est plus affaibli, le risque d’infection pendant l’intervention est plus élevé.
  2. Un risque de maladies parodontales : les maladies parodontales, telles que les gingivites et parodontites, ont pour conséquence de détruire les tissus de soutien de la dent, au niveau de la gencive et de l’os. Ce sont des maladies infectieuses, c’est-à -dire qu’elles sont causées par des bactéries.
  3. Chez les fumeurs, le risque de maladies parodontales est plus élevé car le tabac augmente l’accumulation et la stagnation de plaque dentaire. Ces bactéries, non éliminées, conduisent à la formation de tartre sur les dents et sous les gencives et peuvent à terme provoquer : inflammation des gencives, rétractation des gencives, destruction des tissus osseux, jusqu’à la perte de l’implant.

Consultez aussi notre article  » Comment le sport peut il influencer l’arrêt tabagique? « 

Quelles sont les alternatives pour les fumeurs ?

Arrêter temporairement

Avant de se lancer dans de tels soins pour refaire sa dentition, il est préférable d’arrêter de fumer quelque temps avant la pose d’implant dentaire. En stoppant la cigarette plusieurs semaines en amont de l’intervention, on constate un effet bénéfique sur le processus de cicatrisation, réduisant significativement les risques liés au tabac.

Durant la phase de cicatrisation, qui dure au minimum 3 mois, il est également conseillé de ne pas reprendre la cigarette ou bien d’en diminuer drastiquement la quantité, pour favoriser la bonne ostéointégration de l’implant.

Envisager la cigarette électronique

Dans le cas où vous ne parvenez pas à arrêter temporairement de fumer, la cigarette électronique peut être une alternative. En effet, la cigarette électronique entraînerait moins de risque que le tabac, car elle contient moins de substances nocives.

Toutefois, il est essentiel de rappeler que l’idéal est d’arrêter de fumer que ce soit la cigarette « classique » ou « électronique », si vous souhaitez garantir la réussite de votre traitement implantaire.

En effet, bien qu’il soit possible de poser des implants dentaires dans la bouche d’un fumeur, le dentiste peut avoir des réticences à vous soigner, voire même refuser de poser les implants, en particulier si vous êtes un gros fumeur.

Si vous êtes fumeur, il est donc important d’évoquer le sujet avec votre dentiste, afin qu’il puisse vous exposer les risques et vous aider à prendre une décision éclairée pour votre santé bucco-dentaire.

 

L’impact de la vape sur les performances sportives

L’impact de la vape sur les performances sportives

Beaucoup de gens ont du mal à associer la vie d’athlètes au tabagisme. On pense aussi souvent à tort que les athlètes professionnels ne vapotent jamais, ce qui reste une légende.

En effet à date, les effets nocifs du tabagisme sont connus: les recherches ont montré que la nicotine à forte dose, accélère le rythme cardiaque tout en rétrécissant les artères. Elle augmente également la pression sanguine. Ce sont là quelques-uns des effets néfastes du tabagisme qui peuvent limiter les performances physiques d’un athlète. Mais, qu’en est-il du vapotage ?

Les athlètes doivent généralement éviter les habitudes susceptibles d’affecter négativement leurs performances et leur carrière. Un athlète ne peut réussir que s’il adopte des habitudes saines. Cependant, certaines personnes pensent que les exercices de type cardio et le vapotage peuvent tout à fait aller de pair. Les athlètes suivent un entraînement rigoureux, et certaines personnes pensent que les athlètes qui vapotent sont plus performants. Bien sur comme pour tout sujet, vous trouverez toujours des spécialistes prêts à remettre en question ce point.

Consultez aussi notre article  » Comment le sport peut il influencer l’arrêt tabagique? « 

 

Le vapotage est différent du tabagisme

Le vapotage consiste à inhaler un e-liquide et à expirer de la vapeur à l’aide d’une e-cigarette fonctionnant grâce à une batterie. La vape ne cesse de gagner en popularité. Certaines personnes mettent le vapotage et le tabagisme sur le même pied d’égalité. Cependant, les e-cigarettes restent très différents des cigarettes traditionnelles en termes de structures et de mécanismes.

La vape ne produit pas la même odeur que le tabac. Les cigarettes traditionnelles dégagent une odeur âcre que beaucoup de gens déteste. La vape, en revanche, dégage une odeur plus aromatisée. C’est l’une des raisons pour lesquelles de nombreuses personnes passent de la cigarette à le-cigarette.

Les fabricants d’e-cigarettes affirment également que leurs produits contiennent moins de toxines et de produits chimiques nocifs que les cigarettes traditionnelles. Ainsi, les personnes qui veulent éviter les maladies liées au tabagisme peuvent passer du tabac au vapotage.

Qui plus est, les dispositifs de vape peuvent être utilisés pour contrôler l’apport en nicotine. Ainsi, une personne peut éviter la dépendance ou les utiliser pour mettre fin à sa dépendance à la nicotine en réduisant progressivement sa consommation en modulant son dosage de nicotine.

Athlète et vape

 

Lire aussi notre article sur les 5 effets ressentis par votre corps lorsque vous arrêter de fumer

 

Impacts positifs du vapotage sur les performances sportives

Certains experts affirment que le vapotage est jusqu’à 95 % moins nocif que le tabagisme traditionnel. De plus, certaines études ont montré que le vapotage peut avoir un effet positif sur les performances sportives. Voici quelques-uns des effets positifs du vapotage sur les performances sportives.

Amélioration des performances cardio-vasculaires

Il ne fait aucun doute que tout athlète qui souhaite fumer doit prendre des mesures de précaution. Cependant, le fait de vapoter peut être bénéfique pour un athlète en améliorant ses performances cardiaques. Essentiellement, on pense que le fait de vapoter améliore la capacité d’un athlète à courir plus longtemps.

Les athlètes qui fument des cigarettes traditionnelles sont souvent essoufflés pendant les longues séances d’exercice et les entraînements lourds. En revanche, lorsqu’il s’agit d’entraînement de force, les athlètes qui vapotent font des levées plus lourdes.

Amélioration de l’endurance

La cigarette traditionnelle n’est pas recommandée aux athlètes. En effet, cette habitude peut entraîner un manque d’endurance qui peut avoir un impact négatif sur leurs performances. Pour maintenir leur forme physique et leur santé, les athlètes doivent s’entraîner. L’utilisation mesurée d’une e-cigarette à faible dosage de nicotine peut les aider à respecter leur programme d’entraînement.

Récupération de l’énergie

La nicotine est un stimulant. En tant que tel, lorsqu’un athlète vaporise un e-liquide contenant de la nicotine, il est susceptible de ressentir un regain d’énergie. Son rythme cardiaque augmente doucement. Cela donne au système nerveux le coup de pouce dont il a besoin pour augmenter les niveaux d’énergie dans le corps. Ainsi, les athlètes qui vapotent avant une compétition peuvent avoir un coup de boost dont ils ont besoin pour gagner.

Meilleure humeur

Certains athlètes sont anxieux lorsqu’ils se rendent à des compétitions. La nicotine peut déclencher un afflux de dopamine dans le cerveau de ces athlètes, l’athlète va ensuite se sentir plus détendu. En retour, cela peut aider l’athlète à se concentrer sur la victoire.

Contrôle du poids

L’utilisation d’une e-cigarette peut aussi aider à contrôler le poids. Un athlète doit maintenir un indice de masse corporel (BMI) saine. Cela explique pourquoi de nombreux athlètes s’en tiennent à des programmes d’entraînement et des plans de régime stricts. La nicotine peut faciliter le maintient du poids de l’athlète.

 

Impacts négatifs du vapotage sur les performances athlétiques

La vape chez un sportif peut sembler avoir de nombreux avantages sur les performances athlétiques. Cependant, l’utilisation d’une e-cigarette peut avoir certains effets négatifs que les athlètes doivent connaître. Il s’agit notamment des effets suivants.

Irritation de la gorge

La vape peut sembler bénéfique pour les athlètes, mais un surdosage peut provoquer une irritation de la gorge.  Lorsque la gorge est irritée, un athlète peut avoir une toux qui rendra la respiration profonde difficile. Cela peut affecter ses performances de manière négative, car le corps a besoin d’un apport adéquat en oxygène.

Déshydratation

Un athlète peut avoir la meilleure e-cigarette, les ingrédients du jus qu’il vapote peuvent si la consommation est importante provoquer une déshydratation. Ainsi, un athlète peut être amené à augmenter sa consommation d’eau pour rester hydraté pendant une performance.

Risque de dépendance

La frontière est mince entre une dépendance et une habitude. La dépendance à la nicotine est la raison pour laquelle certaines personnes ne peuvent pas arrêter de fumer des cigarettes traditionnelles. Lorsqu’un athlète fume des e-liquides contenant de la nicotine, il risque de développer cette dépendance. Par conséquent, tout athlète qui souhaite vapoter doit le faire avec précaution et utiliser un matériel adéquat.

 

Le vapotage est-il mauvais pour les athlètes ?

Des recherches ont montré qu’un athlète peut décider de vapoter pour diverses raisons. Les plus importantes sont la relaxation, l’amélioration des performances et de la concentration, et le contrôle du poids. Le vapotage peut également être utilisé pour aider un athlète fumeur à abandonner cette habitude qui est mauvaise pour sa santé et ses performances. La vape sera bénéfique pour les athlètes de nombreuses façons s’il est fait correctement et avec modération.

Nous pensons que les athlètes restent libres de décider de vapoter ou non des e-liquides contenant de la nicotine. Mais, quelle que soit la décision prise par un athlète, la modération est essentielle.

 

 

E-liquide CBD VS Nicotine

E-liquide CBD VS Nicotine

Cet article est destiné à ceux qui pensent arrêter de fumer et qui se demandent comment le CBD peut les aider. Nous sommes sûrs que vous êtes conscients des dommages que le tabagisme cause à votre corps et à votre santé, alors laissons ce triste sujet et parlons plutôt de quelles sont les alternatives et les moyens de sortir de la dépendance à la nicotine !

Oui, oui, la nicotine crée une réelle dépendance ! La nicotine est une neurostimulation, une substance psychoactive. Tout fumeur devrait savoir que pour réussir à se débarrasser de sa dépendance, il faut surmonter la crise psychologique interne qui vous a poussé à prendre votre première cigarette. Quant aux patchs à la nicotine, aux comprimés, aux chewing-gums à la nicotine et autres substituts nicotiniques, ils ne sont pas toujours utiles, car ils n’agissent pas sur la raison qui a poussé la personne à commencer à fumer.

Réfléchissons à une question simple : Pourquoi est-ce que je fume ?

Les causes les plus fréquentes, selon les psychologues sont :

  • Un besoin d‘affirmation à l’adolescence. La plupart des fumeurs prennent leur première cigarette à l’adolescence. Les psychologues sont sûrs qu’avec l’aide de la cigarette, les adolescents croient le plus souvent que cela va les aider à s’affirmer.
  • L’illusion de la compagnie qui élimine le sentiment de solitude. Selon de nombreux fumeurs, fumer une cigarette est comme un rituel qui unit même des inconnus.
  • De nombreux fumeurs affirment qu’une cigarette est le moyen le plus facile d’évacuer le stress. Cependant, les psychologues sont convaincus que l’essentiel n’est pas dans la fumée du tabac, mais dans le rituel lui-même, qui est comme un apaisement. De plus, le fait de fumer lui-même est rythmé, ce qui constitue un autre facteur d’apaisement.
  • Certaines personnes se créent une image en fumant.

Comment se développe la dépendance à la cigarette ?

La dépendance à la cigarette se forme, d’abord, sur le plan émotionnel, puis sur le plan psychologique et seulement avec le temps passe au niveau physique.

Vous savez que souvent, les fumeurs débutants ont des nausées et des vomissements. Ainsi, le corps essaie de lutter contre les substances toxiques. Cependant, avec le temps, le corps s’habitue au flux constant de nicotine dans le sang et à sa présence dans le corps, formant ainsi une dépendance.

Alors comment résoudre ce problème de dépendance et l’effet destructeur de la nicotine sur votre corps ? Il existe une solution : le CBD.

Comment vapoter du CBD peut vous aider à arrêter de fumer ?

Les scientifiques ont découvert le système endocannabinoïde (ou SEC) dans le corps, en essayant de comprendre les mécanismes d’action du cannabis sur les humains, et l’ont donc appelé ainsi. Le système endocannabinoïde régule les fonctions essentielles du corps, notamment en étant responsable du métabolisme, de l’immunité, du système cardiovasculaire, de la digestion, etc. Par conséquent, certains scientifiques pensent que la fonction globale du système endocannabinoïde est de réguler l’homéostasie (la capacité à maintenir les conditions internes nécessaires à la survie) et, il s’avère que nous pouvons influencer ces processus !

Dans le corps humain, les récepteurs cannabinoïdes sont le type de récepteurs le plus courant dans le cerveau. Il existe deux principaux types de récepteurs cannabinoïdes : CB1 et CB2.

  • Les récepteurs CB1 sont principalement situés dans le cerveau ;
  • les récepteurs CB2 sont principalement situés dans le système immunitaire, ainsi que dans la rate.

Le réflexe de l’utilisation de la nicotine se formera à la suite de l’activité des composés nerveux associés à la formation d’autres types de dépendances chimiques. Pour cette raison, en supposant que les substances qui stimulent l’activité des récepteurs CB1 peuvent avoir un effet qui favorise le réflexe de la nicotine.

Le CBD n’est pas psychoactif

Le CBD ne modifie pas la conscience humaine. Le CBD n’affecte pas directement les récepteurs CB1 ; il inhibe l’activation de ces récepteurs par d’autres substances, les « protégeant » ainsi ! Le CBD possède des propriétés uniques qui peuvent vous aider à vaincre les envies de nicotine. Par exemple, l’huile de CBD interagit avec les mêmes récepteurs cellulaires du corps que les antidépresseurs, qui sont souvent utilisés pour traiter la dépendance à la nicotine. Les cellules commencent à produire de la sérotonine (l’hormone du bonheur).

Tous les fumeurs ont leurs déclencheurs : il peut s’agir d’anxiété, d’une tasse de café, d’une pause déjeuner, d’images, de sentiments ou d’habitudes spécifiques qui stimulent l’envie de tabac. Ces déclencheurs nécessitent de fumer des cigarettes et deviennent liés en mémoire. Par exemple, lorsqu’une personne voit une tasse de café ou commence à ressentir les premiers signes d’anxiété, elle tend la main vers son paquet de cigarettes. Et par conséquent, le processus de fumer devient automatique. Des études scientifiques montrent que les composés de CBD peuvent aider à réécrire et à briser les souvenirs des déclencheurs, brisant ainsi l’habitude « automatique » de fumer.

L’efficacité du E-liquide CBD est confirmée par de nombreuses études précliniques sur le traitement des troubles associés à la consommation de substances psychoactives. Les études sur la dépendance à la nicotine confirment que le CBD réduit la dépendance à la cigarette et diminue le « plaisir » associé à la cigarette. La cigarette est une habitude terrible qui détruit votre santé et diminue votre qualité de vie. Vous pensez qu’il est peut-être temps d’arrêter de fumer ? Le CBD peut vous aider dans cette démarche.