Le premier site d’informations dédié à l’arrêt du tabac
Tabagisme, cigarette électronique, e liquide

Réduisez votre risque de maladie pulmonaire grave causée par le coronavirus en arrêtant de fumer

Face aux inquiétudes croissantes suscitées par l’épidémie de ce nouveau coronavirus, les responsables de la santé publique recommandent plusieurs moyens d’améliorer leur système immunitaire et de se protéger contre le virus.

Lorsque les poumons d’une personne sont exposés à la grippe ou à d’autres infections, les effets néfastes du tabagisme sont beaucoup plus graves que chez les personnes qui ne fument pas ou ne vapotent pas de cigarettes électroniques.

arrêt tabac coronavirusLe tabagisme est associé à un développement accru du syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) chez les personnes présentant un facteur de risque comme une infection grave, une septicémie non pulmonaire (infection du sang).  Les personnes qui ont de la cotinine (un métabolite de la nicotine) dans leur corps, même aux faibles niveaux associés au tabagisme passif, ont un risque considérablement accru d’insuffisance respiratoire aiguë due au SDRA

Le tabac altère la capacité des poumons à combattre les infections et présentent de nombreux facteurs néfastes sur la santé.

Parmi les recommandations du personnel de santé, l’arrêt du tabagisme est l’une des mesures qui revient constamment.

Une étude récente portant sur plus de 44 000 cas confirmés de coronavirus en Chine a montré que les hommes (2,8 %) sont plus susceptibles que les femmes (1,7 %) de mourir du virus. Les hommes représentaient 51 % des cas confirmés. Certains chercheurs pensent que le tabagisme pourrait être la cause de cette disparité.

Les hommes chinois fument plus que les femmes chinoises. Une enquête nationale sur le tabagisme réalisée en 2010 a révélé que 62,4 % des hommes chinois avaient fumé à un moment donné, contre seulement 3,4 % des femmes et il a été prouvé que le tabagisme nuit à la santé d’une personne.

Une étude plus récente a confirmé que la fumée de cigarette affaiblit la fonction défensive du système immunitaire.

Une autre étude a encore révélé que même le tabagisme social ou occasionnel peut causer des dommages à l’organisme d’une personne, entraînant des problèmes tels que l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie et l’hypertonie.

Il est même possible que le tabagisme rende une personne plus susceptible d’attraper des virus comme le COVID-19 notamment chez les fumeurs âgés. Il existe des preuves concluantes que le tabagisme est associé à un risque accru d’infection virale respiratoire, selon plusieurs études sérieuses.

Il existe actuellement peu de données prouvant que le tabagisme est un facteur de risque pour la COVID-19 en particulier, mais l’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que c’est une possibilité.

Il y a une différence marquée entre les hommes et les femmes dans cette épidémie en termes de gravité, et il y a certainement une différence marquée dans les habitudes de tabagisme en Chine, a déclaré l’un des directeurs exécutifs du Programme des urgences sanitaires de l’OMS.

Il va sans dire que le tabagisme est un facteur de risque pour la gravité de toute infection des voies respiratoires inférieures. Il est très connu et scientifiquement prouvé dans de nombreuses études que le tabagisme opprime le système immunitaire.

Arrêter de fumer peut avoir des effets positifs presque immédiats sur l’organisme d’une personne, généralement en rapport avec la santé cardiaque ce qui est un point important en cette période de propagation du coronavirus.

Nous savons que lorsque les gens arrêtent de fumer, leur risque d’arrêt cardiaque ou de tout type d’événement cardiaque diminue », a déclaré un cardiologue reconnu.

Les effets secondaires du tabagisme

Selon plusieurs études, le tabagisme est lié à plus de 24 maladies et affections, et la plupart de ces risques commencent à s’inverser dès qu’une personne cesse de fumer.

Le tabagisme régulier a été lié à : des problèmes cardiaques et vasculaires, certains types de cancers, des problèmes pulmonaires et respiratoires et des décès prématurés.

Il a été prouvé que le fait d’arrêter de fumer a des effets bénéfiques immédiats sur la santé d’une personne. En 20 minutes, votre tension artérielle tombe à un niveau similaire à celui qu’elle avait avant votre dernière cigarette.

En huit heures, le niveau de monoxyde de carbone (un gaz toxique) dans votre sang tombe à la normale, et en 24 heures, votre risque de crise cardiaque commence à diminuer. Après dix ans d’abstinence, votre risque de mourir d’un cancer du poumon diminue considérablement.

Pendant l’épidémie de coronavirus, l’hygiène est essentielle

hygiène coronavirusSe laver les mains régulièrement est l’un des premiers conseils recommandés par les responsables de la santé publique canadienne pour prévenir la propagation de la COVID-19.

Vous pouvez rester en bonne santé et prévenir la propagation des infections en vous lavant souvent les mains avec de l’eau et du savon pendant au moins 30 secondes, peut-on lire sur différents sites gouvernementaux.

Les individus peuvent mettre en pratique des mesures de prévention quotidiennes comme se laver fréquemment les mains, rester à la maison lorsqu’ils sont malades et se couvrir la bouche lors de la toux et les éternuements afin de prévenir la propagation de COVID-19 dans les communautés.

Le coronavirus n’est donc pas différent des autres virus comme la grippe, lorsqu’il est exposé au savon et à l’eau.

Le plus important est que si vos mains ont touché une surface ou se sont trouvées dans un environnement où vous ne pouvez pas dire quelle est la composition microbienne probable, alors il est recommandé de se laver mains afin de diminuer le risque de propagation du coronavirus.

Plus d’informations sur le coronavirus

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/coronavirus-questions-reponses

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019