Site d'informations pour arrêter de fumer

Tabagisme, cigarette électronique, e liquide
La gravité et la durée des symptômes physiques de sevrage varient en fonction de la quantité de tabac consommée par une personne.

Une étude estime que les personnes qui fument cinq cigarettes ou moins par jour peuvent ne pas avoir de symptômes physiques intenses parce que leur corps est moins dépendant de la nicotine. Même si de fortes habitudes à la nicotine peuvent avoir été mises en place.

Les symptômes de sevrage de la nicotine sont à leur maximum quelques jours ou quelques semaines après avoir fumé. La première semaine est habituellement la plus difficile, et les symptômes diminuent graduellement au cours des semaines suivantes.

Quels sont les effets physiques et psychologiques du sevrage de la nicotine ?

  • L’anxiété ou le stress
  • L’irritabilité
  • Les troubles du sommeil
  • La dépression
  • L’agitation
  • La difficulté de concentration
  • L’appétit accru.

Une fois que les symptômes physiques ont disparu et que toute la nicotine a quitté le corps d’une personne, celle-ci peut encore ressentir un désir psychologique de fumer. Souvent, c’est parce qu’elle est habituée à l’action de fumer.

Le désir de nicotine peut être pire dans les situations de déclenchement. Il peut s’agir, par exemple, de périodes de stress ou d’une consommation d’alcool. Avec le temps, ces déclencheurs deviennent beaucoup moins puissants.

Fumer ou vapoter ?

Les études sur les taux de nicotine inhalés à partir du vapotage ne sont actuellement pas concluantes.

Les tests de nicotine peuvent également détecter la nicotine dans l’organisme lorsque les personnes ont utilisé une cigarette électronique ou une e-cigarette, sauf dans le cas d’utilisation de e-liquide sans nicotine.

Le vapotage est une invention relativement récente qui ne permet pas encore de conclusions sur des recherches à long terme. Les chercheurs ne savent pas encore si le corps traite la nicotine différemment des cigarettes ou des cigarettes électroniques.

Les recherches actuelles ont donné des résultats mitigés. Certaines études affirment que l’inhalation libère moins de nicotine que la cigarette, tandis que d’autres disent que les niveaux de nicotine pourraient être plus élevés chez les personnes qui utilisent des inhalateurs à vapeur.

De plus, il est difficile de déterminer la quantité de nicotine que les gens inhalent par le vapotage. Cela est dû au fait que les e-liquides contiennent des quantités différentes de nicotine/ Il existe même des e-liquides sans nicotine.

Les chercheurs continuent d’étudier les facteurs suivants qui peuvent déterminer la quantité de nicotine que les gens ingèrent lorsqu’ils utilisent une cigarette électronique ou une e-cigarette :

  • La quantité de nicotine dans la solution de e-liquide
  • L’efficacité avec laquelle les cigarettes électroniques délivrent la nicotine.
  • Les différences dans la façon dont les gens utilisent les cigarettes électroniques, y compris la fréquence et la durée de l’inhalation.

Qu’est-ce qu’un e-liquide pour cigarette électronique sans nicotine ?

Les cigarettes électroniques sont alimentées par un e-liquide dont le dosage de nicotine peut être maîtrisé. Il existe en plusieurs saveurs et arômes et plusieurs dosages de nicotine dont le taux zéro nicotine.

La nicotine est essentielle pour certaines personnes car elles en ont besoin pour obtenir le « hit » en gorge. Cependant si vous n’êtes pas à la recherche de cette sensation vous pourrez vous orienter vers un e-liquide pour cigarette électronique sans nicotine.

Certains spécialistes de e-liquide en ligne proposent des e-liquide sans nicotine voire des packs cigarette électronique et des e-liquide sans nicotine pour une vape free nicotine

Méthodes d’analyse de la nicotine

Des tests de dépistage de la nicotine sont parfois effectués pour la souscription d’une assurance ou pour le travail. Ces tests de nicotine mesurent l’exposition d’une personne à la nicotine, et si elle y a été exposée, de combien. Ces tests recherchent des traces de nicotine et d’autres substances connexes, comme la cotinine.

La cotinine est une mesure plus fiable de l’usage du tabac parce qu’elle reste dans le corps beaucoup plus longtemps. La demi-vie de la nicotine est de 2 heures, tandis que celle de la cotinine est d’environ 16 heures.

Les tests peuvent utiliser différentes parties du corps pour les échantillons de tissus :

  • Urine
  • Salive
  • Sang
  • Cheveux
  • Ongles

Comment se débarrasser de la nicotine dans le sang ?

La meilleure façon de passer un test de nicotine est d’éviter la nicotine jusqu’à 10 jours avant le test, car les analyses sanguines peuvent encore détecter la cotinine pendant 10 jours.

Il n’y a pas de moyen sûr d’éliminer rapidement la nicotine de l’organisme, mais les gens peuvent essayer de maintenir un mode de vie sain pour que leur corps fonctionne efficacement.

Les méthodes suivantes peuvent aider à éliminer la nicotine de l’organisme :

  • Boire beaucoup d’eau pour évacuer les déchets des reins et du foie.
  • Faire de l’exercice pour faire circuler le sang, stimuler la circulation et libérer les déchets par la transpiration.
  • Adopter une alimentation saine et riche en antioxydants pour aider l’organisme à se réparer.

Certains produits commerciaux et remèdes à base de plantes prétendent accélérer la capacité de l’organisme à éliminer la nicotine du système, mais les organismes de réglementation ne les ont généralement pas testés scientifiquement.

La vitesse à laquelle la nicotine quitte le système est affectée par :

  • La quantité de nicotine qu’une personne consomme et la fréquence
  • Depuis combien de temps une personne consomme des produits contenant de la nicotine
  • L’état de santé général et l’âge de la personne

On ne sait pas encore si les personnes qui vapotent, éliminent la nicotine de leur organisme plus rapidement que les fumeurs réguliers.

Il peut être difficile de renoncer à la nicotine, mais le défi en vaut la peine. N’hésitez pas à solliciter de l’aide de votre médecin traitant ou par le biais d’un suivi psychologique pour vous donner les meilleures chances d’arrêter de fumer.

Nicotine et COVID-19

Fumer tue. Il en va de même pour le COVID-19, et si un fumeur contracte le coronavirus, la logique voudrait qu’il ou elle est confronté(e) à un risque plus élevé de maladie grave ou de décès.

En France, les chercheurs ont jeté le doute sur cette logique. Ils ont émis l’hypothèse que la présence de nicotine dans le corps permettrait à l’organisme de combattre COVID-19. Et ils mènent des essais pour vérifier cette hypothèse.

Quel est le fondement de cette hypothèse de la nicotine ?

Elle a été posée par des chercheurs de plusieurs institutions françaises de premier plan comme le CNRS et l’Inserm, le réseau hospitalier Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, l’Université de la Sorbonne, le Collège de France et l’Institut Pasteur.

L’hypothèse des chercheurs est basée sur la combinaison de deux approches scientifiques différentes mais complémentaires. L’une de ces deux approches est basée sur une analyse statistique des décès dus au COVID-19 dans un hôpital français, et l’autre sur la biochimie du corps humain.

Cette hypothèse s’appuie sur une observation de la proportion de fumeurs parmi les patients décédés de COVID-19. Il s’agissait de patients du centre hospitalier universitaire de la Pitié Salpétrière, à Paris. « Chez les patients hospitalisés Vs les patients ambulatoires moins graves, on a constaté un taux de tabagisme de 4,4% vs 5,3%, tous deux très faibles contre 25,4% dans la population générale. Ce résultat a été confirmé par une étude indépendante », a déclaré le neuroscientifique Jean-Pierre Changeux, de l’Institut Pasteur.

L’étude statistique a été menée par le professeur Zahir Amoura, du même hôpital, en collaboration avec Jean-Pierre Changeux. Les deux sont parmi les auteurs de l’étude qui décrit l’hypothèse de la nicotine. Jean-Pierre Changeux est également un pionnier dans l’étude d’une structure chimique clé du corps, qui constitue la base de la deuxième partie de l’hypothèse.

Quelle est cette structure chimique ?

C’est une sorte de « récepteur ». Dans la conversation autour du COVID-19, nous avons beaucoup entendu parler de récepteurs. Ce sont des structures composées de protéines, et elles reçoivent des signaux qui peuvent être intégrés dans le corps. Ces signaux peuvent provenir de diverses substances, telles qu’une hormone, un médicament ou un antigène. Par exemple, la surface de la cellule humaine possède des récepteurs appelés ACE2, qui ouvrent la porte au nouveau coronavirus SARS-CoV2 pour qu’il pénètre dans l’organisme.

Au centre de l’hypothèse de la nicotine se trouve un récepteur qui réagit à la nicotine ainsi qu’à une substance chimique appelée acétylcholine. D’où son nom : « récepteur nicotinique de l’acétylcholine », abrégé en nAChR. On le trouve dans certaines parties du système nerveux, des muscles et de certains tissus d’organismes, y compris les humains. Changeux a fait des recherches sur ce récepteur pendant des décennies, dont un article datant de 1965.

Comment ce récepteur s’inscrit-il dans l’hypothèse de la nicotine ?

Comme on sait que la nicotine se lie au récepteur nAChR, la deuxième partie de l’hypothèse est la suivante : Si la nicotine est présente sur le récepteur, et que le nouveau coronavirus arrive, alors la nicotine bloquerait l’interaction.

Dans les connaissances scientifiques actuelles, il y a un pointeur possible. On sait que le virus de la rage se lie au même récepteur, et cette interaction est déterminée par une séquence de matériel génétique qui existe dans l’enveloppe entourant le virus de la rage. « Étonnamment, il existe une séquence assez similaire dans l’enveloppe du SRAS-CoV2. Son rôle est en cours d’investigation », a déclaré M. Changeux dans l’interview.

Combien de temps la nicotine reste-t-elle dans l’urine ?

En général, la cotinine reste jusqu’à quatre jours dans votre urine, si vous êtes un fumeur occasionnel. Si vous fumez régulièrement, cette durée peut aller jusqu’à trois semaines, même si vous arrêtez complètement de fumer ou de vapoter des e-liquides nicotinés avec une cigarette électronique. Cela s’explique par le fait que votre organisme ne peut traiter qu’une certaine quantité de nicotine et de cotinine à la fois, et qu’une accumulation prendra plus de temps à traiter.

L’urine contient des niveaux de cotinine plus élevés que le sang ou la salive – jusqu’à six fois plus élevés. C’est donc un meilleur choix pour détecter de faibles concentrations de cotinine. Le test est également relativement simple. Une bandelette de test est trempée dans l’échantillon d’urine pendant quelques minutes, et elle fournit rapidement un résultat positif ou négatif.

Analyse d’urine

La plupart du temps, les tests sont effectués sur un échantillon d’urine. Il est facile à recueillir, ce qui lui confère un avantage par rapport aux tests sanguins. Et les concentrations de cotinine dans l’urine sont 4 à 6 fois plus élevées que les niveaux de cotinine dans le sang ou la salive.

Pour la plupart des gens, la cotinine diminue jusqu’aux niveaux observés chez les non-fumeurs en 7 à 10 jours environ. Mais pour les personnes qui fument beaucoup ou utilisent des e-liquides à forte concentration de nicotine, cela peut prendre jusqu’à 3 semaines.

Les échantillons d’urine sont généralement prélevés de manière aléatoire. Cela signifie que vous ne saurez pas à l’avance quel jour vous serez testé, ni à quel moment de la journée.

La raison de ces tests aléatoires est évidente : un échantillon d’urine est presque toujours donné en privé, et il est donc possible de substituer l’urine de quelqu’un d’autre à la vôtre. Mais lorsque les tests sont aléatoires, il est très difficile de se préparer à fournir un échantillon d’urine propre.

Test de salive pour la détection de la nicotine

Le test de salive est facile à réaliser. Il ne nécessite pas d’aiguille. Et il présente un avantage par rapport au test d’urine, car un observateur peut assister au prélèvement de l’échantillon. La cotinine peut être détectée dans la salive pendant environ 4 jours.

Le test de salive est la plus sensible des méthodes de test courantes, et de nombreux laboratoires et compagnies d’assurance sont passés au test de salive ces dernières années. Les niveaux de cotinine que les tests de salive sont capables de détecter sont environ un tiers de ceux du sérum sanguin, et environ un quinzième de ceux de l’urine. Mais le plus grand avantage des tests de salive est leur facilité pour toutes les personnes concernées.

Les tests de salive pour la cotinine sont souvent effectués par les employeurs à l’aide de kits fournis par des laboratoires tiers. En général, un écouvillonnage de la bouche de la personne est effectué, et l’écouvillon est inséré dans un récipient auto-obturant qui est ensuite expédié au laboratoire. Les résultats sont ensuite renvoyés à l’employeur ou à la compagnie d’assurances en ligne ou par téléphone. Cette méthode est beaucoup moins coûteuse et prend beaucoup moins de temps que d’envoyer chaque employé dans un laboratoire pour un test sanguin.

Test de dépistage de la nicotine dans les cheveux

La nicotine et la cotinine se retrouvent également dans les cheveux. Elles atteignent les follicules pileux par la circulation sanguine et restent dans le cheveu pendant sa croissance.

Et elles peuvent être détectées dans les cheveux pendant beaucoup plus longtemps que dans d’autres échantillons. Selon le type de test utilisé, la nicotine et la cotinine peuvent être détectées jusqu’à un an après l’exposition à la fumée !

Si vous étiez dans un environnement très enfumé, la fumée peut provenir des cigarettes d’autres personnes. Mais dans ce cas, la nicotine n’aurait pas été métabolisée dans votre organisme, de sorte qu’il n’y aurait que de la nicotine dans vos cheveux, et pas de cotinine.

L’analyse des cheveux est une procédure plus compliquée que l’analyse d’autres échantillons, et elle est plus coûteuse. Par conséquent, il est plus probable qu’on le fasse pour dépister la cocaïne, les opiacés ou d’autres drogues d’abus que pour dépister la nicotine.

Le test de la cotinine à partir d’échantillons de cheveux est la méthode la plus fiable, mais aussi la plus difficile, la plus chère et la plus lente. Les tests capillaires sont parfois demandés lorsque les résultats d’autres tests ne sont pas clairs ou sont incertains. Elle est aussi fréquemment utilisée dans les études scientifiques. L’avantage pour les scientifiques qui étudient le tabagisme et la nicotine est que les échantillons de cheveux peuvent conserver la cotinine jusqu’à plusieurs mois.

Combien de temps la nicotine reste-t-elle dans les cheveux ?

Les tests sur les follicules pileux reposent sur le fait que tout composé présent dans votre sang finit par se déposer sur votre follicule pileux. Cela signifie que les tests du follicule pileux peuvent encore détecter des traces de nicotine des mois après votre dernière cigarette ou cigarette électronique. La consommation de nicotine peut être détectée jusqu’à un an si le test utilisé est de la meilleure qualité. Heureusement, de nombreuses compagnies d’assurances ne se fient pas aux tests de dépistage du follicule pileux, car ils sont beaucoup plus coûteux que les tests urinaires ou sanguins.

Test capillaire de nicotine en laboratoire

Une fois l’échantillon prélevé, il est envoyé à un laboratoire pour analyse. Plusieurs méthodes d’analyse différentes peuvent y être utilisées. Le premier test peut être un test de dépistage. Il est également appelé test qualitatif. Il indique si la substance – dans ce cas, la nicotine ou la cotinine – est présente dans l’échantillon. D’autres tests sont quantitatifs. Ils indiquent la quantité de la substance présente dans l’échantillon.

Kits de test à domicile de test capillaire de nicotine

Il existe un certain nombre de kits commerciaux de test à domicile pour la nicotine. Ils sont réalisés à partir d’un échantillon d’urine ou de salive.

Test sanguin nicotiniques

Plusieurs tests peuvent être utilisés pour mesurer le taux de cotinine. Le test sanguin est très précis et peut détecter à la fois la nicotine et la cotinine. C’est aussi la méthode de test la plus coûteuse et la plus invasive, et elle est donc moins fréquemment utilisée que les autres méthodes.

Évidemment, la prise de sang nécessite un technicien qualifié et une visite dans un laboratoire, ce qui rend le processus coûteux et fastidieux pour l’employé et l’employeur. Il existe deux types de tests sanguins pour la cotinine. L’un est une simple mesure positive ou négative qui ne quantifie pas la quantité de cotinine présente dans le sang. L’autre test permet de préciser le niveau du métabolite de la nicotine dans le sérum sanguin.

Combien de temps la nicotine reste-t-elle dans le sang ?

La nicotine peut rester dans le sang jusqu’à trois jours et son métabolite, la cotinine, peut rester dans le sang jusqu’à dix jours après votre dernière cigarette.

Questions fréquemment posées sur la nicotine et l’organisme humain

✅Combien de temps la nicotine reste-t-elle dans l'urine ?

La nicotine reste dans l'urine pendant 7 à 10 jours. Si vous êtes un gros fumeur, elle peut rester jusqu'à 3 semaines.

✅Combien de temps la nicotine reste-t-elle dans la salive ?

La nicotine et son métabolite, la cotinine, restent dans votre salive pendant 4 jours.

✅Combien de temps la nicotine reste-t-elle dans les cheveux ?

La nicotine reste dans les cheveux de 90 jours à 1 an.

✅ Combien de temps faut-il pour se désintoxiquer de la nicotine ?

Il peut falloir jusqu'à 1 à 3 mois pour que la chimie de votre cerveau se rééquilibre complètement après avoir arrêté la nicotine. Les symptômes de sevrage les plus graves surviennent 1 à 3 jours après l'arrêt de la consommation de nicotine.

✅ Que ressent-on lors du sevrage de la nicotine ?

Les symptômes de sevrage les plus courants sont les suivants : envie intense de nicotine, transpiration, irritabilité, maux de tête, anxiété, insomnie, dépression et prise de poids. Il est toutefois possible d'arrêter définitivement de consommer de la nicotine.

✅ Quel est le moyen le plus rapide de se désintoxiquer de la nicotine ?

La désintoxication se produit lorsque votre corps élimine une substance par l'excrétion d'urine et de déchets solides. Le moyen le plus rapide de se désintoxiquer de la nicotine est de boire beaucoup d'eau, de pratiquer tout type de transpiration, y compris l'exercice ou la thérapie par sauna infrarouge, et de prendre des suppléments naturels de désintoxication.

✅ À quoi ressemble un mal de tête dû au sevrage de la nicotine ?

Les maux de tête sont généralement l'un des premiers symptômes à survenir lors d'une désintoxication à la nicotine. Ils sont généralement légers et peuvent ressembler à un mal de tête de désintoxication à la caféine, car les deux sont des stimulants.

✅ Qu'est-ce qui est bon pour le sevrage de la nicotine ?

Tout ce qui peut aider votre corps à éliminer les toxines est bon pour le sevrage de la nicotine, y compris beaucoup d'eau de haute qualité, la thérapie de sauna, l'exercice et divers suppléments de désintoxication entièrement naturels.

✅ Comment se débarrasser d'un mal de tête dû à la nicotine ?

Vous pouvez traiter un mal de tête lié à la nicotine de la même manière que vous traiteriez un mal de tête ordinaire. Buvez beaucoup d'eau, reposez-vous et prenez du Tylenol ou de l'ibuprofène si le mal de tête persiste.