Site d'informations pour arrêter de fumer

Tabagisme, cigarette électronique, e liquide

Selon une nouvelle étude, les patients atteints de mélanome ayant des antécédents de tabagisme sont plus susceptibles de mourir de la maladie que les patients qui ne fument pas. L’étude, financée par Cancer Research au Royaume-Uni, révèle que les patients atteints de mélanome ayant des antécédents de tabagisme ont 40 % moins de chances de survivre à la maladie que ceux qui n’ont jamais fumé.

Mélanome : effet du tabac sur le système immunitaire

Les auteurs de l’étude pensent que le tabagisme peut diminuer la capacité du système immunitaire à combattre le mélanome. Toutefois, on ne sait pas exactement quels produits chimiques contenus dans les cigarettes sont directement responsables. Plus de 700 patients atteints de mélanome ont participé à l’étude, qui a fait état de plusieurs prédicteurs génétiques et environnementaux de la réponse immunitaire des patients au mélanome. Bien que l’étude n’ait pas pu déterminer avec certitude que le tabagisme était à l’origine de la baisse du taux de survie, d’autres chercheurs ont signalé que le tabagisme avait un effet négatif sur le système immunitaire.

« Le résultat est que les fumeurs pouvaient encore mettre en place une réponse immunitaire pour tenter de détruire le mélanome, mais elle semble avoir été moins efficace que chez les non-fumeurs, et les fumeurs avaient moins de chances de survivre à leur cancer », explique l’auteur principal de l’étude, professeur de dermatologie à l’Université de Leeds. « Sur la base de ces résultats, l’arrêt du tabac devrait être fortement recommandé aux personnes diagnostiquées avec un mélanome. »

De nombreux facteurs peuvent affecter le pronostic d’un patient atteint d’un mélanome, notamment le stade du cancer au moment de sa détection, l’endroit du corps où il est localisé et l’état de santé général du patient. Plus le mélanome est détecté tôt, plus il est facile à traiter. Lorsque la maladie a la possibilité de se propager au-delà du site tumoral initial, vers les ganglions lymphatiques et les organes distants, elle devient plus difficile à traiter et peut être fatale.

Nos 10 conseils pour arrêter de fumer

Outre son effet possible sur la réponse immunitaire, le tabagisme peut également nuire à la guérison d’une chirurgie du cancer de la peau. De nombreuses études scientifiques ont montré que fumer des cigarettes peut réduire de manière significative le flux sanguin nécessaire à la bonne cicatrisation des plaies, explique un chirurgien plasticien qui traite de nombreux patients atteints de cancer de la peau.

La nicotine contenue dans la fumée de cigarette provoque la constriction des vaisseaux sanguins. Cela réduit le flux sanguin et, dans le cas d’une plaie fraîchement cicatrisée, peut priver le site de cicatrisation d’oxygène et de nutriments indispensables à la vie.

Il peut également y avoir un risque plus élevé de complications liées à la cicatrisation chez les patients qui fument, notamment la rupture de la plaie, la mort des tissus localisés et l’infection.

Si le risque accru de cancer du poumon n’est pas suffisant pour convaincre les gens d’arrêter de fumer (ou de ne jamais commencer !), les effets du tabagisme sur le cancer de la peau sont certainement une autre bonne raison. Pour obtenir des informations sur l’abandon du tabac, consultez nos autres articles.