Site d'informations pour arrêter de fumer

Tabagisme, cigarette électronique, e liquide

Les fumeurs qui cessent de fumer vers l’âge de 40 ans peuvent éviter une mort prématurée due à la consommation de tabac, selon une étude marquante qui comble les principales lacunes dans les connaissances sur les maladies liées au tabagisme.

Alors que les fumeurs qui ne s’arrêteront pas de fumer perdent environ une décennie d’espérance de vie, ceux qui cessent de fumer entre 35 et 44 ans en gagnent neuf, selon l’étude.

Les fumeurs qui ont cessé de fumer entre 45 et 54 ans ont récupéré six années qu’ils auraient autrement perdues, et ceux qui ont cessé de fumer entre 55 et 64 ans en ont gagné quatre.

Le fait de cesser de fumer jeune, avant l’âge de 35 ans, permettrait d’effacer toute la décennie d’espérance de vie perdue.

Le message : Il n’est jamais trop tard pour cesser de fumer, même pour les gros fumeurs qui ont des dizaines d’années de bouffées derrière eux.

Mais il ne faut pas faire croire aux jeunes fumeurs qu’ils peuvent fumer jusqu’à 40 ans et ensuite arrêter sans conséquences, a déclaré un épidémiologiste d’un Centre de recherche en santé au Canada. Les risques de cancer du poumon et d’autres maladies respiratoires persistent pendant des années après la consommation de la dernière cigarette.

Quels sont les risques de cancer dus au tabagisme

Risque de cancer dus a la cigarette

Bénéfices de l’arrêt du tabac

La plupart des gains en matière d’espérance de vie sont attribuables au fait que les risques de maladies du cœur et d’accidents vasculaires cérébraux diminuent rapidement après la fin du tabagisme. Ces deux maladies surviennent lorsque les produits toxiques des cigarettes déclenchent la coagulation dans les artères, un processus qui peut s’inverser rapidement après l’arrêt du tabac.

Les dommages aux poumons, quant à eux, prennent plus de temps à guérir. Le risque de cancer du poumon ainsi que les maladies respiratoires ne disparaissent pas totalement chez les anciens fumeurs. En revanche le risque aigu d’attaque cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral diminue drastiquement chez bon nombres d’anciens fumeurs. Les bienfaits de l’arrêt du tabac sur la santé mentale des candidats ont également été avancé.

Bien que l’étude ait apporté de bonnes nouvelles aux fumeurs, elle a également fait passer le message que continuer à fumer comporte de graves risques.

Les fumeurs actuels ayant participé à l’étude sont morts prématurément à un rythme trois fois plus élevé que les personnes n’ayant jamais fumé. Et peu de fumeurs invétérés ont atteint l’âge de 80 ans. Seulement 38% des fumeuses et 26% des fumeurs ont atteint cette étape, alors que 70% des femmes qui n’ont jamais fumé et 61% des hommes qui n’ont jamais fumé l’ont atteint ou dépassé.

Conséquences du tabac chez les femmes

Consommation cigarette

Un deuxième rapport, également publié dans le New England Journal of Medicine, a montré que les décès liés au tabagisme chez les femmes ont augmenté en flèche au cours des dernières décennies. Pour la première fois depuis le début de la recherche sur le tabagisme et la santé dans les années 1950, le taux de décès liés au tabagisme est maintenant presque égal entre les fumeurs et les fumeuses.

Les femmes n’ont commencé à fumer en grand nombre qu’après la Seconde Guerre mondiale, accusant un retard d’environ 20 ans par rapport aux hommes. Les conséquences de ce changement ne touchent que maintenant les femmes au milieu de la cinquantaine et plus. Entre-temps, le risque de cancer du poumon chez les fumeurs masculins s’est stabilisé dans les années 1980.

Nous pensions autrefois que les femmes étaient moins exposées aux maladies dues au tabagisme, a déclaré un spécialiste du tabagisme. Cela ne semble plus être le cas maintenant. Les premières fumeuses ne fumaient pas autant que les hommes parce qu’il y avait un certain stigmate à cet égard. Maintenant, elles fument autant de cigarettes que les hommes.

Dans l’étude de l’American Cancer Society, les hommes et les femmes qui consomment du tabac ont tous deux connu un risque 25 fois plus élevé de mourir d’un cancer du poumon que les personnes n’ayant jamais fumé. Le risque de décès dû à d’autres maladies pulmonaires a également augmenté d’environ 20 fois chez les fumeurs / fumeuses.

Bien que le nombres de fumeurs en France continu de diminuer, les décès liés à la consommation de tabac augmentent. La popularité du tabagisme n’a cessé de diminuer depuis les années 1970 pour les hommes et les années 1980 pour les femmes. Pourtant, le tabagisme est la principale cause de décès évitables.

En France, ce sont 73.000 décès liés au tabac qui sont recensés chaque année dont près de 60.000 chez les hommes. Si vous souhaitez arrêter de fumer, lisez également nos conseils pour arrêter de fumer.