Le premier site d'informations dédié à l’arrêt du tabac

Tabagisme, cigarette électronique, e liquide

Avant de dire « non » catégoriquement, explorons la question ! Nous avons décidé de faire des recherches plus approfondies sur la question, et mes résultats sont présentés ci-dessous. Voyons si le vapotage peut vraiment vous aider à arrêter de boire de l’alcool !

La consommation d’alcool est aussi vieille que la civilisation elle-même. De nombreux historiens affirment que l’alcool est à l’origine de l’agriculture, des mathématiques, des pyramides d’Égypte, de la pasteurisation, de la réfrigération et de la médecine moderne (même si il n’est pas toujours bon pour votre santé mentale).

 

L’alcoolisme en un coup d’œil

Alcool et vapotage

L’alcool est une source de joie et de soulagement pour de nombreuses personnes, mais il est également à l’origine de nombreux conflits. Environ 42 % des hommes et 19 % des femmes ont abusé de l’alcool à un moment donné de leur vie, selon de récentes enquêtes comme celles des Alcooliques anonymes. L’abus d’alcool a détruit des carrières, des familles, des communautés et des foies insondables. Quelle que soit la raison, des millions de personnes ont pris la décision d’arrêter de boire, et beaucoup n’y parviennent pas. Comme l’arrêt du tabac, arrêter l’alcool demande un dévouement intense.

 

Les racines de la dépendance

La génétique rend certaines personnes plus enclines à l’alcoolisme. Ce n’est un secret pour personne que la consommation excessive d’alcool est fréquente dans les familles, et la chaîne des abus est difficile à rompre. Le gène D4 du récepteur de la dopamine, situé sur le chromosome 11, peut déterminer un cerveau « en quête de nouveauté », qui est beaucoup plus susceptible d’abuser de l’alcool. Ce phénomène est héréditaire.
Des causes environnementales, comportementales et sociétales poussent certaines personnes à boire.

Beaucoup sont conditionnés à utiliser l’alcool pour soulager la douleur ou le stress. Notamment, dans le débat entre l’inné et l’acquis, Sigmund Freud refait surface.

 

Arrêter l’alcoolisme grâce à la vape :  Freud et la fixation

Sigmund Freud est considéré comme le père de la psychanalyse moderne. Bien que controversé et source constante d’objections modernes, Freud a proposé le concept de « fixation psychosexuelle » dans Trois essais sur la théorie de la sexualité, publié en 1905. Selon Freud, il existe cinq stades de développement psychosexuel :

  • Le stade oral : De la naissance à 24 mois. Le nourrisson fait l’expérience du monde par la bouche et les lèvres. Un conflit se produit en relation avec le sevrage.
  • Le stade anal : De 2 à 4 ans, associé à l’apprentissage de la propreté. Des conflits surviennent en relation avec les comportements de contrôle des selles.
  • Le stade phallique : 4 à 5 ans. Associé au développement de la libido. Le conflit se produit en relation avec la sublimation des pulsions psychosexuelles naissantes.
  • Le stade latent : 6 ans. L’ego et le surmoi se développent, entraînant une période de calme.
  • Le stade génital : A partir de la puberté. Les attirances et les pulsions sexuelles arrivent à maturité et suivent l’individu indéfiniment.

Si ces étapes vous troublent, ne vous inquiétez pas. Freud a été largement récusé pour avoir accordé trop d’importance à la sexualité dans le développement. Sa théorie des fixations, liées aux traumatismes subis à ces stades clés, a été reprise dans la théorie psychologique moderne.

L’importance se situe au stade oral, lorsque le traumatisme est associé à une suralimentation et/ou à une négligence en relation avec le sevrage. Les personnes qui font une fixation orale sont préoccupées par le fait de manger, de boire, de fumer, de se ronger les ongles et de verbaliser. Il n’est pas surprenant que les personnes faisant une fixation orale aient tendance à être de gros buveurs.

Arrêter l’alcoolisme grâce à la vape : Briser les mauvaises habitudes

Que vous croyiez ou non aux théories psychosexuelles de Freud, l’alcoolisme est une habitude. Une méthode éprouvée pour se débarrasser des mauvaises habitudes est le remplacement. Le conditionnement opérant peut être utilisé pour freiner les comportements malsains ; associez la consommation d’alcool à des conséquences négatives, et remplacez-la par quelque chose qui vous apporte des conséquences positives.

Si vous avez besoin d’une stimulation orale, de nombreux fumeurs et buveurs à problèmes se tournent vers le chewing-gum, les sucettes, l’eau potable et, oui, le vapotage.
Les cigarettes électroniques peuvent attribuer une partie de leur succès au besoin des anciens fumeurs de satisfaire une bouche agitée. La même idée ne pourrait-elle pas s’appliquer à la consommation d’alcool ? Bien sûr, la psychologie est une science relativement jeune, et des années de recherche sont nécessaires. Mais même dans ce cas, la science est un processus désordonné.

Ne considérez pas le vapotage comme une prescription pour votre problème d’alcool. Ce n’est pas le cas. Le vapotage peut être une distraction agréable contre l’envie de boire. À zéro nicotine, il peut satisfaire votre fixation orale potentielle de la même manière que le chewing-gum ou le chant. Avec la nicotine, les effets stimulants/relaxants peuvent peut-être soulager votre esprit inquiet.

L’aspect loisir reste l’un des arguments les plus forts de la vape. Il se trouve que les passe-temps sont largement recommandés pour remplacer la consommation d’alcool, pensez y!